Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 08:49

Editions des oeuvres philosophiques de Pierre Chassard

Pierre Chassard : Morales négatives

Qu'es-ce qu'une morale négative ? Toute morale qui dévalorise la vie, le corps, la volonté d'affirmation de soi, c'est-à-dire toute morale d'affaiblissement, de renoncement, de servilité envers l'Autre, toute morale qui, depuis Socrate, poursuit la disparition de l'individuel dans l'universel, dans un Etre ou un non-Etre immense surmonde supra-sensible, Dieu-au-delà, Humanité ou toute fiction d'égale vacuité. Sont mises en question les morales négatives des stoïciens, de Plotin, des chrétiens, de Pascal, Spinoza, Malebranche, Rousseau, Kant, Fichte, Schelling, Hegel, Schopenliauer, Comte et Bergson. 59 pages. 30 FF ou 200 FB.

Pierre Chassard : Lévinas, altérité et domination

Le discours philosophique de Lévinas contient une mise en question radicale des certitudes et des conduites occidentales. Elle est produite depuis un lieu particulier : celui de la pensée judaïque. Son double langage institue deux poles axiologiques opposés : l'un accusateur et culpabilisant à notre égard, qui survalorise l'étranger et dénigre l'Occident; l'autre, justificateur et confortant, à l'adresse de son peuple, qni veut en maintenir la singularité et en assurer la suprématie. L'auteur en présente les aspects les plus forts, s'efforçant d'en comprendre la raison et le sens. 110 p. 60 FF ou 350 FB.

 Pierre Chassard : Critique du théologisme

La pensée théologique est une pensée infantile malgré l'apparente complexité de ses productions. Elle est incapable de comprendre ce qu'elle perçoit autrement que d'une manière mono-allo-centrique; d'accepter pleinement la pluralité originaire et constitutive d'un monde probablement ouvert, probablement infini, et ses innombrables centres d'action; incapable de se guérir de sa phobie des différences et des ruptures. 152 pages. 75 FF ou 450 FB.

 Pierre Chassard : Au-delà des universalismes, éléments de génopolitique

Les idéologues intolérants de l'Universel, pour parvenir à leurs fins, poursuivent l'abolition des différences humaines, individuelles et collectives, n'envisageant qu'un monde uniformisé et plat, soumis à l'autorité d'un seul maître au pouvoir absolu Dieu, Loi, Raison, Humanité, Economie. La pensée génopolitique, qui refuse ce genre d'uniformité universelle et de monocratie planétaire, respecte au contraire les diversités naturelles et reconnaît â chacun, individuellement et collectivement, le droit d'être soi-même sur son propre territoire. Au droit des personnes, elle associe le droit des peuples â défendre leur spécificité, fondement d'un humanisme authentique. 86 p. 45 FF ou 300 FB.

 Pierre Chassard : Du marxisme, théorique et pratique

L'erreur fondamentale, idéologique et pratique, du marxisme, qui est essentiellement une idéologie de dictature et de violence et une pratique de terreur et d'extermination, est de ne pas considérer les êtres humains réels, de chair et de sang, comme des individus autonomes, agissant naturellement pour eux- mêmes avant de se sacrifier pour les autres. Tout système économique et politique à structures bureaucratiques autoritaires est donc d'emblée voué à 1'échec, malgré les massacres. 150 p. 75 FF ou 450 FB.

 Pierre Chassard : Heidegger, l'Etre pensé

Le discours heideggerien sur l'Etre séparé des étants, c'est-à~re des choses, êtres vivants compris, ne serait-il encore qu'un discours théologique? L'analyse critique permet de répondre sans détours qu'il se situe dans la ligne de la pensée platorico-chrétienne. Il s'efforce de neutraliser la pensée explosive de Nietzsche, dont la puissance subversive bouscule la théologie et la métaphysique. L'Etre heideggerien, est le substitut philosophique d'un Dieu à la dérive. Ce n'est nullement une pensée nouvelle, mais la tentative de restauration d'une vieille fiction et d'anciennes servitudes. 196 p. 100 FF ou 600 FB.

Pierre Chassard : Immigration et hospitalité

L'immigration que nous connaissons aujourd'hui implique-t-elle l'obligation d'hospitalité ? C'est la question la plus pressante qui soit en cette époque d'une immigration de toutes origines, légale ou illégale, officielle et sauvage. L'hospitalité est~lle de mise en toutes circonstances et en faveur de n'importe quel étranger ? Est-elle au contraire à limiter en fonction de certains critères ou est-elle à rejeter totalement ? 86 p. 40 FF ou 240 FB.

Pierre Chassard : Nietzsche, finalisme et histoire

La philosophie nietzschéenne démystifie et montre que l'univers n'est soumis à aucune toute-puissance qui lui imposerait une fin et que les hommes, c'est-à-dire certains d'entre eux, font eux- mêmes l'histoire dans des conditions données. Elle fait apparaître celle-ci en son caractère essentiel comme le résultat d'une lutte entre systèmes de valeurs exprimant des types humains différents, des besoins et des intérêts de puissance spécifiques. Elle tente le dépassement d'un nihilisme sans préconiser d'évasion mentale vers des au~delà imaginaires, mais en suggérant d'aceepter un monde qui n'a pas de raison. Elle essaie de donner à l'histoire européenne une orientation positive substituant à la morale à rendre esclave une morale à rendre libre. La vision qu'il nous offre est celle de la vie montante de son temps, d'aujourd'hui et de demain. 3 17p. 150 FF ou 900 FB.

 Pierre Chassard : Heidegger, Au-delà des choses/Jenseits der Dinge

La philosophie de Heidegger n'est ni une philosophie du sang ni une philosophie du sol. Elle n'est que la variante ultime de l'onto-théo-centrisme. Son Etre, c'est le Dieu de la métaphysique poétisante qui doit remplacer l'ancien à sa mort. Le discours heideggerien est un discours théologique qui tente de recentrer tous les esprits sur l'au-delà des choses. Bilingue français-allemand. Editions Thomas. 102 p. 60 FF ou 350 FB.

 Pierre Chassard : Les diversités naturelles

 Le monde dans lequel nous vivons n'est pas un Tout harmonieux, tel un cosmos sans désordre ni ruptures, ni une Unitotalité fonctionnelle, ni une Unité fondamentale parce que ses constituants seraient d'une seule essence. Aucun principe universel ne se découvre dominant la pluralité, mais à chaque niveau du réel d'innombrables forces inégales et libres rivalisent entre elles et établissent des hiérarchies provisoires. Aucun centre unique comme référentiel absolu, mais une pluralité pratiquement infinie de centres de puissance autocentrés, tendant à la plus grande indépendance et créant de l'ordre autour d'eux. Editions Thomas. 166 p. 100 FF ou 600 FB.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

DominiqueGiraudet 01/04/2009 12:42

Bonjour Damien,Merci pour ton sympathique commentaire ! En effet , comme moi tu as été intéressé par les thèmes qu'il traite , mais voilà que je viens de recevoir cet affigeant message :Avez-vous conscience qu'il s'agit d'un auteur qui, à tout le moins, flirte avec le nazisme??? Cf. son éditeur.Sylvie Allouche.Si cette information est vrai , je vais ètre trés mais alors vraiment trés trés décu .....Je fais des recherches pour confirmation .Bien à toi,Dominique 

Damien 01/04/2009 12:09

Merci Dominique. je ne connaisaais pas cet auteur. Je vais voir ce qu'il a dans le ventre car les titres de ces oeuvres m'interpellent.Belle photo du champignon qui me rend nostalgiques de cette belle saison qu'est l'automne...Amitié