Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 10:45

Inde : l’homme qui a planté une forêt de ses mains   [ LIEN :    link  ]

22.05.2012 | The Times of India

A lui tout seul, Jadav Payeng a fait pousser une vaste forêt sur un banc de sable de 550 hectares situé au milieu du fleuve Brahmapoutre. Le site compte désormais plusieurs animaux dont l’espèce est en voie de disparition, dont au moins cinq tigres. Une femelle a eu deux petits récemment. L’endroit se situe à Jorhat, à 350 kilomètres de route de Guwahati, et il n’est pas facile d’accès. Il faut quitter la voie principale et prendre une petite route sur une trentaine de kilomètres pour arriver au fleuve. Là, avec de la chance, on trouve des bateliers pour passer sur la rive nord. Après 7 kilomètres de marche, on arrive près de chez Payeng. Les gens du coin appellent cet endroit Molai Kathoni (“le bois de Molai” – d’après le surnom de Payeng). Tout a commencé en 1979. Des crues avaient rejeté un grand nombre de serpents sur le banc de sable. Après le retrait des eaux, Payeng, qui n’avait que 16 ans, trouva le site couvert de reptiles morts. Ce fut le tournant de sa vie. “Les serpents étaient morts de chaleur, il n’y avait pas d’arbres pour les protéger. Je me suis assis et j’ai pleuré sur leurs corps sans vie. C’était un carnage. J’ai alerté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont dit d’essayer de planter des bambous. C’était dur mais je l’ai fait. Il n’y avait personne pour m’aider”, raconte Payeng, qui a désormais 47 ans. Le jeune homme quitta ses études et son foyer, et se mit à vivre sur le banc de sable. Contrairement à Robinson Crusoé, il accepta volontiers cette vie d’isolement. Et non, il n’avait pas de Vendredi. Il arrosait les plants matin et soir et les taillait. Au bout de quelques années, le banc de sable est devenu un bois de bambou. “J’ai alors décidé de faire pousser de vrais arbres. J’en ai ramassé et je les ai plantés. J’ai aussi rapporté des fourmis rouges de mon village : les fourmis rouges changent les propriétés du sol. J’ai été piqué plusieurs fois”, raconte Payeng en riant. Bientôt, toute une série de fleurs et d’animaux s’épanouirent sur le banc de sable, y compris des animaux menacés, comme le rhinocéros à une corne et le tigre royal du Bengale. “Au bout de douze ans, on a vu des vautours. Les oiseaux migrateurs ont commencé à arriver en masse. Les daims et le bétail ont attiré les prédateurs”, déclare Payeng, qui s’exprime comme un écologiste chevronné. “La nature a créé une chaîne alimentaire : pourquoi est-ce qu’on ne s’y tient pas ? Qui protégera ces animaux si nous, les êtres supérieurs, nous nous mettons à les chasser ?” Le ministère des Forêts de l’Assam n’a entendu parler de la forêt de Payeng qu’en 2008, lorsqu’un troupeau d’une centaine d’éléphants sauvages s’y est réfugié après avoir ravagé les villages voisins. Ils ont aussi détruit la cabane de Payeng. C’est là que Gunin Saikia, conservateur assistant des forêts, a rencontré Payeng pour la première fois. “Nous avons été surpris de trouver une forêt aussi dense sur le banc de sable. Les gens du coin dont la maison avait été détruite par les pachydermes voulaient abattre ce bois, mais Payeng leur a dit qu’il faudrait le tuer d’abord. Il traite les arbres et les animaux comme si c’étaient ses enfants. Quand on a vu ça, on a décidé de contribuer au projet, raconte-t-il. Payeng est incroyable. Ça fait trente ans qu’il est là-dessus. Dans n’importe quel autre pays, il serait un héros.”
http://www.courrierinternational.com/files/imagecache/article/illustrations/article/2012/05/1125/1125-inso1.jpg

http://travel.sulekha.com/images/videos/rino.jpg
ASSAM

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/39/Assam_in_India_%28disputed_hatched%29.svg/557px-Assam_in_India_%28disputed_hatched%29.svg.png
http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.indianetzone.com/photos_gallery/48/Hollongapar%20Gibbon%20Wildlife%20Sanctuary%20Assam.jpg&sa=X&ei=ZQe-T8aWNsT98gP_-PiOAQ&ved=0CAsQ8wc4ywU&usg=AFQjCNHKHHRubvdA1jswpvEOm23jVxCYcQ

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 11:49

LIEN :   link

 

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://30.media.tumblr.com/tumblr_lnkm2pCXQX1qk8tqwo1_500.png&sa=X&ei=mkGuT8CfHM6l8gP_2cDDCQ&ved=0CAkQ8wc43wI&usg=AFQjCNEf9dpPK823edThKHp6H-XwNUosrg

 

 

 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 17:51

blue-mudra

Pour écouter l'interview suivre ce lien : link

Les hommes qui tuent, ou sont cruels envers les animaux, ne sont pas dignes d’appartenir à la communauté humaine.C’est en substance ce qu’écrit Louis Bériot, ancien directeur de France 2 et auteur de nombreux romans et téléfilms à succès, dans son nouveau livre.

"Ces animaux qu'on assassine" de Louis Bériot © Le Cherche Midi

Une enquête exceptionnelle et un cri d’alarme face aux trafics, aux mafias et aux massacres d’animaux.

  • Ces animaux qu'on assassine, de Louis Bériot est publié au Cherche Midi (310 p., 18€)
  • Note : ****
Mot de l'éditeur

En enquêtant au cours des deux dernières années sur la disparition du tigre, Louis Bériot nous apprend que le braconnage et le trafic de ce félin mythique sont l'arbre qui cache la forêt des prédations humaines contre la faune sauvage. Derrière "ces animaux qu'on assassine", c'est la planète tout entière qui est mise à mal, ses forêts, ses océans, ses barrières de corail, ses fleuves, ses lacs...

L'auteur révèle que l'épicentre du trafic se situe en Asie et que les grandes mafias du monde ont désormais supplanté les petits braconniers qui tuaient pour survivre. Leurs pièges rudimentaires ont été remplacés par des guerriers équipés d'hélicoptères, de kalachnikovs et de GPS. Un exemple : il y a dix ans, une demi-douzaine d'éléphants étaient massacrés chaque jour en Afrique pour leur ivoire ; en 2011, ce chiffre dépassait la centaine. Peu surveillé, diffus, très rémunérateur et rarement sanctionné, le trafic des animaux est maintenant démultiplié par les ventes sur Internet. Il est considéré aujourd'hui par les instances internationales comme la principale activité criminelle devant celle des drogues, des armes et des humains. L'auteur dénonce aussi la responsabilité des nations sur tous les continents. Il décrit aussi les combats courageux, et souvent dangereux, de centaines d'ONG pour enrayer ce fléau.
Une enquête détaillée et inquiétante. Un véritable réquisitoire contre le comportement des humains.

 

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.lecoinbio.com/images/images/animaux/wwf-sauver-tigre.jpg&sa=X&ei=MCScT_W2Eamf0QXijdWADw&ved=0CAoQ8wc4wQM&usg=AFQjCNHTitskYmmUHFZx03dtHu-p182AUA

 

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.les-photos-gratuites.net/wp-content/gallery/photos-tigre/photo-tigre15.jpg&sa=X&ei=5yScT-abNIfE0QWC9PX_Dg&ved=0CAsQ8wc42gE&usg=AFQjCNFlPtkDPRpE2BbSy6_lDL9CAIAS0g

 

 

 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 14:00

LIEN :    link

 

 

blue-mudra

C'était le curé Meslier

 

Le hasard d'une émission radio - des extraits de cours de Michel Onfray à l'Université populaire de Caen - m'a fait retrouver  un personnage hors du commun, le curé Jean Meslier, que j'avais découvert pour ma part en 1970 - dans l'après mai 68 - à l'occasion d'une nouvelle édition du texte volumineux que ce curé de la campagne ardennaise avait écrit en cachette durant son ministère entre 1719 et 1729, intitulé  : "Mémoire des pensées et sentimens de Jean Meslier" [Le titre Mémoire employé au singulier : il ne s'agit pas d'une oeuvre autobiographique mais d'un virulent plaidoyer. Meslier entend se faire le défenseur des dupés et des opprimés devant le tribunal de la Raison].

Un véritable brûlot - qui sera repris, tronqué, et diffusé sous le manteau par Voltaire pour servir à la défense de ses propres idées - mais que l'édition de 1970 va heureusement rétablir dans la version complète originale. Ce texte n'est pas très connu pour autant - mais voilà que Michel Onfray s'en empare pour en faire un de ses sujets de cours !

Il n'est pas difficile de comprendre l'engouement de notre nouveau philosophe qui se veut tout à la fois athée, révolutionnaire,  hédoniste. Il n'est que d'écouter ces cris d'Onfray :

"Habituellement, dit-il, je n'aime pas beaucoup les curés [...] Avec Jean Meslier, la chose se complique, car ce curé athée, révolutionnaire, communaliste [sic], anarchiste avant l'heure, proudhonien presque si l'on me passe l'anachronisme, anticlérical, internationaliste, matérialiste, hédoniste, partageux comme on disait dans le peuple de gauche du grand siècle socialiste, le XIXe, a fourni un matériel conceptuel impressionnant à tous ceux qui tiennent pour sublime la devise 'Ni Dieu, ni Maître' ".

Et Onfray d'appuyer le trait : "Seul dans son presbytère d'Étrépigny dans les Ardennes, Jean Meslier, curé athée, a inventé une radicalité athéologique, proposé une éthique hédoniste, formulé une ontologie immanente, construit une politique libertaire, donné à cette politique une formule communaliste [re-sic] et internationaliste, pensé un féminisme de combat, pressenti le combat antispéciste [?], échafaudé le matérialisme moderne, démasqué la fourberie cartésienne, esquissé la formule révolutionnaire de 1789, appelé de ses voeux la nécessité d'intellectuels critiques... Excusez du peu." En effet.

C'est vrai qu'on peut trouver dans les écrits secrets du curé Meslier les prémices de bien des théories ou mouvements qui viendront au jour à la fin du XVIIIe ou au XIXe. Mais ce qui pour ma part me fascine  c'est l'aventure  personnelle, l'aventure prodiguée de l'homme Meslier.

Qui est Jean Meslier ? D'origine modeste, il est né le 14 juin 1664 dans le village de Mazerny, près de Mézières. Toute sa vie va se passer dans les Ardennes. Entré au séminaire de Reims, on le décrit assez solitaire, fréquentant peu ses collègues séminaristes. A la sortie du séminaire en janvier 1689,  il est nommé curé d'Étrépigny. Il y demeurera jusqu'à sa mort, le 28 juin 1729.

Il est bien noté par ses supérieurs. On le dit cultivé - il a des livres - et Monseigneur l'apprécie assez pour tolérer qu'il ait engagé à son service une jeune personne qui n'a pas l'âge "canonique" [quarante ans], normalement requis pour les servantes des ecclésiastiques.

Le curé accomplit les actes de son ministère sans éclat particulier. On le dit généreux, attentif à ses paroissiens. L'hiver 1709, particulièrement rude, les plongent dans la misère. Jean Meslier est inquiet, la famine menace. Mais il les voit toujours aussi soumis, acceptant la fatalité. Une sourde colère commence à monter en lui. Il voudrait voir les puissants leur apporter de l'aide. Mais dans ces dernières années du long règne du Roi-Soleil c'est tout le contraire qui se passe. Les gens du peuple sont toujours plus accablés d'impôts.

En 1716, un incident va opposer le curé au seigneur du lieu, Antoine de Touilly. Meslier se refuse à le recommander, lui et sa famille, dans les prières dominicales. Tancé par sa hiérarchie après que le seigneur eut porté plainte, il s'exécute le dimanche suivant : "[...] Recommandons donc le seigneur de ce lieu. Nous prierons Dieu pour Antoine de Touilly, qu'il le convertisse, et lui fasse grâce de ne point maltraiter le pauvre et dépouiller l'orphelin". Les choses, évidemment, ne pouvaient en rester là. Le curé est convoqué à l'archevêché. La sanction tombe : il devra se retirer un mois au séminaire de Reims, pour se remettre les idées en place.

Cette retraite imposée n'aura pas l'effet escompté - elle aura même tout l'effet contraire. Elle va marquer un tournant dans la vie de Jean Meslier. On peut penser que c'est de ce moment qu'il mûri son projet, secrètement porté : coucher par écrit sa colère - colère contre les puissants qui vivent la belle vie, indifférents à la misère des pauvres ; colère contre les institutions, qui organisent la sujétion du peuple ; colère contre le peuple lui-même qui consent à   cette sujétion... L'incident lui apprend une chose : ne pas faire de vague en surface, ne pas s'opposer de front, faire profil bas. Le jour, il fera son métier de curé, sans excès de zèle. La nuit, dans le secret de son cabinet, il couchera par écrit ce qu'il a sur le coeur.

Voilà une grande aventure commencée, qui durera de 1716 jusqu'à sa mort, en 1729 : plus de vingt années d'un étrange sacerdoce qui le conduira à l'extrême limite du possible.

Meslier va se faire la main en annotant de façon très personnelle le Traité de l'existence de Dieu, de Fénelon, qui vient d'être réédité. Première phrase du Traité : "Je ne puis ouvrir les yeux sans admirer l'art qui éclate dans toute la nature : le moindre coup d'oeil suffit pour apercevoir la main qui fait tout". Note de Jean Meslier : "La main qu'il a cru voir n'est qu'une main imaginaire". Le reste à l'avenant.

Armé de son bon sens, inspiré parfois par Montaigne [Il dispose des Essais dans sa bibliothèque], Meslier va faire oeuvre de philosophe en explorant différents chemins.

Il va, par exemple, s'opposer à Descartes et à sa théorie de l'animal machine, à travers Malebranche qui écrit : "Dans les animaux il n'y a ni intelligence ni âme, comme on l'entend ordinairement, ils mangent sans plaisir, ils crient sans douleur, ils croissent sans le savoir ; ils ne désirent rien, ils ne craignent rien, ils ne connaissent rien...". Meslier réagit avec force : "Quoi ! Mrs. les Cartésiens, parce que les bêtes ne sauraient parler comme vous, et qu'elles ne sauraient s'exprimer en votre langage pour vous dire leurs pensées et pour vous faire connaître leur douleur, leur déplaisir et leurs maux, non plus que leurs plaisirs et leurs joies, vous les regardez comme de pures machines inanimées, privées de connaissances et de sentiments ? [...] Ne voyez-vous pas assez clairement que les bêtes ont un langage naturel... Ne voyez-vous pas assez clairement qu'elles sont bien aise quand on les caresse ?... Ne voyez-vous pas aussi qu'elles crient quand on les menace et qu'on les frappe trop rudement ?"

Je ne peux résumer ici les 800 pages de son manuscrit qui aborde successivement, mais pas vraiment dans un ordre  complètement rationnel - il y aussi des reprises, des répétitions  - une série de preuves de l'inexistence de Dieu, de la fausseté des religions, du principe d'erreurs, d'illusions et d'impostures de la foi etc., une critique radicale  du dualisme cartésien, le développement d'une conception matérialiste de l'univers etc.,  le tout aboutissant à une  virulente critique de la société, laquelle critique était à l'origine de sa colère...

La cause de tous les malheurs, Meslier la voit dans la violence des puissants qui s'appuient grandement sur les saintes et inviolables lois que l'on veut, sous prétexte de piété et de religion, vous faire si étroitement observer, comme des lois qui viennent de Dieu lui-même. Meslier dénonce avec force la collusion des institutions Eglise et Etat au préjudice du peuple : "On pourrait dire qu'elles s'entendent pour lors, comme deux coupeurs de bourses ; car pour lors elles se défendent et se soutiennent mutuellement l'une l'autre".

La critique acerbe de Meslier vise au sommet Louis XIV lui-même, "surnommé le Grand, non véritablement pour les grandes et louables actions qu'il a fait, puisqu'il n'en a point fait qui soient dignes de ce nom, mais bien véritablement pour les grandes injustices, pour les voleries, pour les grandes usurpations, pour les grandes désolations et pour les grands ravages et carnages d'hommes, qu'il a fait faire de tous côtés, tant sur mer que sur terre".

Le Grand Règne, c'est aux yeux de Meslier le règne de l'argent - cet argent dont le Roi,  les princes,  les grands   ont  toujours plus besoin pour entretenir leurs  armées et soutenir leur train de vie  - qu'ils vont  chercher dans la poche des pauvres, toujours plus pressurisés. "Ils s'en font payer pour les amortissements, pour les aisances, et pour le cours des eaux, peu s'en faut qu'ils n'en fassent payer pour le cours des vents et des nuées". "Et pour toute raison de leur conduite, de leurs lois et de leurs ordonnances, ils n'en allèguent point d'autre, que celle de leur volonté et de leur plaisir, parce que, disent-ils, tel est notre plaisir".

Une société juste est-elle possible ? Meslier imagine une société idéale où  les privilèges seraient abolis, ce qui ne signifie pas toute absence de subordination entre les citoyens. Il écrit : "Une société, ou communauté d'hommes, ne peut être bien réglée, ni même en étant bien réglée, se maintenir en bon ordre, sans qu'il y ait quelque dépendance et quelque subordination entr'eux". Dépendance qui devra être proportionnée pour assurer le but de justice sociale.

Mais pour instaurer cette nouvelle société, encore faudra-t-il avoir fait tomber l'ancienne. Jean Meslier appelle à l'action. D'abord une prise de conscience : "Vous étonnez-vous, pauvre peuple ! que vous ayez tant de mal et tant de peines dans la vie ? C'est que vous portez seul tout le poids du jour et de la chaleur... que vous êtes chargés, vous et vos semblables, de tout le fardeau de l'État... ils ne seraient rien que des hommes faibles et petits comme vous, si vous ne souteniez leur Grandeur, ils n'auraient pas plus de richesses que vous, si vous ne leur donniez pas les vôtres, et enfin ils n'auraient pas plus de puissance ni d'autorité que vous, si vous ne vouliez pas vous soumettre à leurs lois". "Vos tyrans, si puissants et si formidables qu'ils puissent être, n'auraient aucune puissance sur vous sans vous-mêmes.. Ils se servent de vos propres forces contre vous-mêmes".

Et après la prise de conscience, l'appel à l'union : "Votre salut est entre vos mains, votre délivrance ne dépendrait que de vous, si vous saviez vous entendre tous". Et d'ajouter cette harangue : "Unissez-vous donc, peuples !" qui a un écho très moderne.

Dans toutes ces pages Meslier se livre intimement. Il mêle analyses et ressentis personnels. Il emploie souvent  la première personne, à l'exemple de Montaigne. Sa plume est trempée dans une encre noire. Les caractères sont rageusement tracés. La colère sourde des débuts explose à pleines pages. Ecrire le libère. Il lâche de la pression. Mais comment peut-il, le jour venu, donner l'apparence d'exercer son ministère, comme si de rien n'était ?  Comment peut-il, la nuit démonter le système qui engendre toutes les injustices dont souffre le peuple, et le jour faire des prêches appelant ses paroissiens à la résignation ? La nuit : "Je voudrais pouvoir faire entendre ma voix d'un bout du Royaume à l'autre, ou plutôt d'une extrémité de la terre à l'autre ; je crierais de toutes mes forces : Vous êtes fols, ô hommes ! Vous êtes fols de vous laisser conduire de la sorte, et de croire tant de sottises"... que je vous enseigne le jour !

L'entreprise est pathétique. Comment cet homme, isolé, seul avec sa colère, ses doutes, n'ayant personne avec qui échanger, a-t-il pu résister si longtemps, survivre à cette fêlure intime qui le partage en deux, sans devenir fou ?

Il a gardé assez de sagesse en tout cas pour préparer avec soin sa succession. Se doutant bien que son écrit ne serait pas du goût de tout le monde, il a pris ses précautions. Une fois écrit son épais manuscrit, il s'est astreint à en réaliser trois copies, qu'il a déposées au greffe de justice. L'avenir du texte était ainsi assuré contre toute tentative de destruction.

Les dernières lignes du Mémoire méritent d'être relevées. Meslier arrive au bout de l'aventure, à la fois serein, épuisé, détaché, lucide : "Que les hommes s'accommodent et qu'ils se gouvernent comme ils veulent, qu'ils soient sages ou qu'ils soient fous, qu'ils soient bons ou qu'ils soient méchants, qu'ils disent ou qu'ils fassent de moi tout ce qu'ils voudront après ma mort, je m'en soucie fort peu. Je ne prends déjà presque plus de part à ce qui se fait dans le monde. Les morts avec lesquels je suis sur le point d'aller ne s'embarrassent plus de rien et ne se soucient plus de rien. Je finirai donc ceci par le rien, aussi ne suis-je guère plus que rien et bientôt je ne serai rien, etc."

C'était le Curé Meslier.

Son livre, s'il brûle, ne peut brûler qu'à la manière de la glace.

 

 

 

 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 17:50

blue-mudra

 

A  notre époque ou la violence sous le masque du mensonge ,menace plus que jamais l'humanité , je n'en reste pas moins convaincu que la vérité , l'amour , l'esprit pacifique , la douceur , la bonté  sont des forces supérieures à toute force . C'est à elles  que le monde appartiendra pourvu qu'un nombre suffisant d'hommes gardent dans leur âme et pratiquent dans leur vie avec pureté et constance , l'esprit de charité , de vérité , de paix , et de douceur . 

 

Albert Schweitzer .

 

 

 

_______________________________________________________________________

 

 

 

En secourant par exemple un insecte

qui se trouve menacé,

je ne fais rien d'autre que d'essayer de restituer

aux animaux dans leur ensemble

un peu de la dette coupable, toujours renouvelée,

que les hommes ont contractée envers eux.

 

Albert Schweitzer, La civilisation et l'éthique

 

________________________________________________________________________________

 

Nous devrions rendre grâce aux animaux pour leur innocence fabuleuse
et leur savoir gré de poser sur nous la douceur de leurs yeux inquiets
sans jamais nous condamner.

Christian Bobin - Ressusciter

 


 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 17:22

LIEN :  link

 

blue-mudra

LA PUCE DE LA SEMAINE

Présidentielle 2012: une élection «animaliste»?

Mis en ligne le mardi 24 avril 2012

 

 

 Ils ressentent la faim, la soif, la peur, la douleur, mais n’ont ni la raison, ni la parole. Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, méprisés… NIÉS. À poils, à plumes ou à écailles: les animaux.
Considérés comme la dernière des minorités, faisant partie de la vie (égoïste) des humains (égoïstes), qui les mangent, revêtent leur peau, s’en «amusent», etc., il est normal et logique qu’ils fassent aussi partie de la scène politique. Si les animaux ne peuvent constituer un programme politique à eux seuls, en revanche, on ne peut en aucun cas prétendre élaborer un projet complet en les en excluant. C’est la première fois qu’ils sont aussi présents dans une élection, ici une présidentielle, et comptez sur ceux qui prennent vraiment en compte leur existence sur notre Terre pour que, au fil du temps, ce mouvement s’amplifie.
Dans le programme du FN, qui tente de plus en plus de récupérer la protection animale, figure la condamnation de l’inscription de la corrida au PCI, patrimoine culturel immatériel de la France. Mais ce n’est pas un scoop, la présidente du FN l’avait déjà exprimée. Tout comme elle s’était également déclarée pour l’interdiction de l’abattage rituel, ici pour les raisons que l’on connaît. Figure aussi, et là, c’est du nouveau, «la suppression définitive [mais sur plusieurs années] de l’alinéa 7 du code pénal écartant les coqs et les taurreaux [sic] des pénalités encourues par la maltraitance». Comment celle que je nomme affectueusement «ma» gauche a-t-elle pu laisser, par indifférence et surtout par manque de courage politique — hormis Les Verts de l’époque et feu leur remarquable « fiche D9 » de la présidentielle 2007 —, depuis si longtemps le FN s’engouffrer dans cette brèche qu’elle a elle-même ouverte ? Beau cadeau à l’extrême droite, ça fait des années que je préviens du danger. Personne n’a le monopole de la défense animale en politique, et surtout pas le Front national. À gauche, qu’on le prouve… et vite !

Marine Le Pen: mes amis… les flingueurs
Fi des apparences, grattons un peu pour laisser apparaître la vraie fille digne de son père. Car Marine Le Pen prouve par ailleurs qu’elle n’est pas l’amie des animaux qu’elle veut bien laisser accroire. Là où elle se démasque, c’est par un soutien total aux chasseurs (le FN ayant même son propre conseiller à la chasse) — 32 millions d’animaux massacrés chaque année. À Valenciennes, le 22 mars 2009, elle manifestait avec des élus FN aux côtés des chasseurs. Slogan: «NON à la dictature écologique». Plus récemment, le FN a apporté sa caution aux états généraux de la chasse à courre et de la chasse tout court (mi-février dernier). Au «Grand Journal» de Canal +, le 9 mars 2012, elle déclarait: «C’est pas parce qu’on aime le foie gras qu’on est obligé de s’intéresser à la vie du canard.» Et peu lui importe la souffrance de près de 37 millions de canards et 700000 oies qui subissent chaque année le gavage… Elle n’a pas non plus voté la directive européenne (juin 2010) sur le «bien-être» (guillemets indispensables…) du poulet de chair.
Autres candidats anticorrida: Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan et Eva Joly. Pour François Bayrou, Jacques Cheminade, François Hollande, Nicolas Sarkozy (Sarko aficionado), traditions et blablabla (et rien pour les animaux, d’une façon générale: ils n’existent pas). Philippe Poutou: en débattre au sein du parti. Jean-Luc Mélenchon: un vote du Parlement. On peut en discuter? En apéritif : Bayonne, saison 2010-2011, 400000 euros de déficit, payés par les contribuables — près de 1 million d’euros sur cinq ans. Félicitations au maire UMP, Jean Grenet.

L’hypocrisie en plus… et la mort en douce
«L’exemple portugais peut être médité. La tourada locale y garde une place tout à fait prépondérante; néanmoins la mise à mort y est interdite, le spectacle présentant un visage plus familial, moins brutal.» Telle est la dernière réponse (26 mars) du candidat socialiste à la présidentielle au CRAC Europe pour la protection de l’enfance. François Hollande a certainement été très mal informé sur le sujet. Sans nul doute, lorsqu’il aura pris connaissance de cette chronique, que je lui dédie, il prendra tout naturellement le chemin de l’abolition, aussi bien pour la corrida de muerte que pour la tourada. La gauche avec nous, du côté des plus faibles, humains comme animaux!  La corrida espagnole ne perdure que grâce aux touristes, français ou étrangers, qui s’y rendent «pour voir». Nombreux sont ceux qui, écœurés par ce spectacle d’un autre âge, n’y retourneront jamais. Malheureusement, cette unique fois contribue à alimenter la manne financière des organisateurs. Vous, lecteurs, n’êtes pas dupes, mais peut-être vous laisserez-vous convaincre d’assister à une corrida portugaise, puisque, vous assurera-t-on, la tourada se déroule sans mise à mort… dans l’arène. Une belle façon, détournée et malhonnête, de déformer la réalité. La portugaise, c’est la corrida version light — c’est du moins ce que l’on voudrait nous faire accroire. Le public y est supposé encore plus «familial»…
Ce que voient les enfants: un cavalier plante des farpas (banderilles à double harpon) sur le dos du taureau. À noter, important: le cheval n’est pas protégé par le caparaçon. Quand l’animal, profondément blessé, est épuisé par le sang perdu, huit hommes, les forcados, entrent en piste et l’immobilisent. Ça, oui, le taureau sort vivant de l’arène… mais dans quel état! Ce qu’ils ne voient pas: le bovin est ensuite amené dans les coulisses, où, dans le meilleur des cas, si je puis dire, il est achevé à coups de poignard. Le plus souvent, il agonise jusqu’au lendemain en attendant l’ouverture de l’abattoir. C’est beau, le «sens de la famille», qui consiste à emmener ses enfants assister à la mise en scène codifiée de la torture d’un herbivore magnifique torturé par des brutes machistes vêtues du ridicule habit de lumière et que ses tortionnaires prétendent aimer, au nom d’une tradition et sous un pseudo-alibi culturel. La culture, ce n’est pas cela. ¡La tortura no es cultura! La corrida? Ni espagnole, ni portugaise. Abolie!
À gauche, hormis les Verts en 2007, le mépris fut longtemps la seule considération qui était accordée aux animaux. Aujourd’hui, dans la lignée des Verts, Eva Joly «souhaite que le droit des animaux devienne un enjeu national afin que cessent les pratiques brutales, cruelles, indignes [qu’ils] subissent». La bonne autre position vient, ô agréable surprise, de la diffusion, le 28 mars dernier, de la «Réponse du Front de Gauche aux organisations de protection animale», dans laquelle «les êtres vivants sensibles ne peuvent être considérés comme des machines biologiques».

Place aux animaux aussi!
Je vais commencer par ce qui va le moins bien dans le programme de Jean-Luc Mélenchon. Grand silence sur l’abattage rituel, et là c’est catastrophique — ah, c’est si dur de se déclarer contre sans crainte de paraître raciste? L’abolition de la corrida, ce n’est pas gagné — pourtant les taureaux ne sont pas «des machines biologiques»… Attention à ne pas interdire que la mise à mort en public, on a vu que la corrida portugaise, prônée par François Hollande, est tout aussi cruelle, sinon plus. Mais la porte est grande ouverte, ne la refermons pas, puisque y est citée Martine Billard, ex-Verte, vice-présidente du Front de gauche et cosignataire de la proposition de loi abolitionniste n°2735. Tous les autres points ci-dessous sont à saluer: une (très) bonne volonté, sans doute aucun: sortir de l’élevage et de l’agriculture intensifs pour aller vers un mode d’élevage bio, fourrures ou peaux limitées au profit des cuirs végétaux, alternative végétarienne dans la restauration collective (éduquer les enfants à des goûts différents), désintensification de la pêche, méthodes substitutives pour l’expérimentation animale («directive REACH insatisfaisante»), CONTRE LA CHASSE À COURRE, le «déterrage empêché», pour la stérilisation (animaux errants et domestiques)… Interdite depuis longtemps en Allemagne, en Écosse, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, en Angleterre, aux Pays-Bas. François Hollande, entouré d’aficionados et de chasseurs, est à gauche le seul candidat à vouloir la conserver. Prochasse, procorrida, etc.: le PS obtient le premier prix d’insensibilité en matière de protection animale.
Dans son communiqué de presse du 4 avril, le Collectif pour l’abolition de la chasse à courre interpelle François Hollande: «Le PS sera-t-il le dernier parti “de gauche” à tolérer la chasse à courre?» Se sont effectivement prononcés contre: Nathalie Arthaud, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou. «F. Hollande reste donc le dernier candidat à se réclamer de la gauche sans s’être engagé pour l’abolition, bien qu’il ait admis “la brutalité” de ce mode de chasse qui “fait débat chez nombre de nos concitoyens”, comme il nous l’a écrit. Une poignée d’aristocrates et de capitaines d'industrie (0,001% de la population) reste accrochée à cette tradition archaïque alors que l’immense majorité des Français (79%) souhaite son abolition. François Mitterrand l’avait promise. Elle doit maintenant disparaître à jamais, comme dans la plupart des pays d’Europe.»
Certains candidats peuvent se déclarer contre certaines cruautés, comme la corrida, mais n’en avoir pas débattu dans leur parti — que ne l’ont-ils fait? —, donc ce sujet n’est pas traité dans leur programme. Exemple : Philippe Poutou. On est content de le savoir contre, mais quel intérêt… pour les taureaux? À propos de ce que nous, «anti», nommons «la barbarie tauromachique», j’en profite pour énoncer ce qui me paraît une évidence: son abolition n’est pas une priorité, mais une nécessité. Le fait que la corrida puisse encore exister verrouille toute évolution en termes de protection animale. Le jour où la torture et la mort données par arme blanche ne seront plus un «spectacle» pour lequel de sadiques pervers paient sera une immense avancée. Faisons sauter les verrous!

Après, c’est jamais
Il ne s’est évidemment pas agi, de ma part, de vous donner quelques «consignes» de vote que ce soit, mais juste quelques pistes — à gauche, bien sûr, à gauche toute. Dernière ligne droite ! Et non, on ne prendra pas en compte les animaux après qu’on se sera soucié des humains, ça, c’est des blagues qu’on nous raconte, car ceux qui se préoccupent des êtres sensibles ne peuvent pas les ignorer lorsqu’ils sont en souffrance. Nous partageons la même planète, ses richesses et ses manques. Ce ne sont «que» des bêtes, et alors? Elles aussi ont droit à notre empathie et à notre compassion. On attendait depuis longtemps qu’un(e) politique prenne, sans faux-fuyant, une position sur l’abattage rituel qui rende enfin possible d’en espérer la suppression. Déclaration d’Eva Joly à Néoplanète (26 mars): «Des solutions existent et sont déjà pratiquées par certaines institutions religieuses, et c’est par le dialogue qu’elles se généraliseront, pour aboutir en pratique à la fin de l’abattage sans étourdissement.»
Si vous, lecteurs de gauche, souhaitez naturellement prendre en compte humains ET animaux, vous avez la possibilité de l’exprimer. C’est cela, le vote utile, et c’est maintenant. Aux urnes, citoyens humanistes!
•  www.abolitionchasseacourre.org
•  www.politique-animaux.fr
•  www.les-taureaux-voteront.com
•  www.patrimoine-corrida.fr
http://www.placeaupeuple2012.fr/reponse-du-front-de-gauche-de-la-planification-ecologique-aux-organisations-de-protection-animale/
Luce Lapin
21 avril 2012
lucelapin@charliehebdo.fr


• À LIRE dans «Les Puces» du journal (Charlie Hebdo du 25 avril 2012). «Les religions pataugent dans le sang des hommes et des animaux. […] quand les autorités administratives», de droite ou de gauche, «auront-elles le courage d’interdire ces pratiques répugnantes?» Extraits de quelques écrits du regretté journaliste écologiste de Charlie, Xavier Pasquini, mort d'une crise cardiaque le 25 mars 2000. Douze ans et trois présidentielles plus tard, il nous manque toujours autant.

• IMPORTANT. Faites connaître le site de Charlie, diffusez autour de vous! S’il existe, c’est grâce au journal. «Les Puces», c’est dans le journal, «La Puce», c’est sur le site. Achetez le journal (tous les mercredis, en kiosques, 2,50 euros), allez sur le site!

 

 

 

 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 22:06

LIEN : link

 

http://hommelibre.blog.tdg.ch/media/02/02/467931653.JPG

 

 

C'est vous qui votez

Pour répondre aux nombreuses demandes de nos quelque 4 000 adhérents, donateurs et sympathisants, nous avons interrogé les candidats à la présidence de la République afin de connaître et faire connaître leur position sur l’abolition de la corrida. Leurs réponses ont été réunies sur notre site politique, construit à cet effet et consacré aux présidentielle et législatives. Le CRAC Europe étant par essence apolitique, nous ne prétendons évidemment pas donner quelque « consigne » de vote que ce soit, simplement quelques pistes. Nous avons en revanche trouvé honnête de publier les réponses des candidats, dans la mesure où nous les avions sollicités. À chacun de choisir dans les urnes selon sa conscience politique et ses opinions.

Luce Lapin
Porte-parole nationale
http://hommelibre.blog.tdg.ch/media/02/00/718280370.jpg

Politiques, engagez-vous contre la barbarie tauromachique !

Parce que la lutte pour l’abolition de la corrida est avant tout un combat politique, voici un nouveau lieu d’information où chaque militant ou citoyen curieux de se renseigner pourra connaître le positionnement des élus actuels et des candidats aux élections présidentielle et législatives de 2012.

Nous avons pensé qu’il fallait partager avec vous les différents positionnements — accumulés grâce à vos visites aux députés, courriers, courriels — que nous avons rassemblés afin que vous puissiez décider en conséquence pour qui vous allez voter.
Tous les citoyens doivent avoir connaissance du courage de certains élus affirmant se positionner pour l’abolition de cette exception indigne, exception qui consiste à permettre sur une petite partie du territoire ce qui est pénalement répréhensible sur la plus grande partie.

Tous les citoyens doivent avoir connaissance de la complicité de certains autres élus avec la torture tauromachique. Pour beaucoup d’entre vous, c’est le positionnement sur ce sujet qui sera déterminant dans le choix d’un candidat tellement le degré d’exaspération des citoyens est grand. Nous avons la croissante et terrible impression que nous ne sommes vraiment pas compris, entendus, même si plusieurs propositions de loi ont été déposées à l’Assemblée nationale depuis 2004. Même si elles ont eu le mérite d’exister et d’être défendues avec ardeur par leurs auteurs, elles se sont heurtées à un mur du côté des partis politiques, aucun n’a eu l’intention de mettre ces propositions à l’ordre du jour des travaux de l’Assemblée nationale.

Nous voulons donc à travers cette page créer un moyen de pression citoyen afin que les secrétariats des grands partis soient à l’écoute de la demande de plus de 75 % des Français.

Chacun d’entre vous pourra glaner des informations utiles s’il le souhaite ou s’il a l’occasion de rencontrer les candidats.

Nous serons binaires dans l’exposition des positionnements, il n’y aura pas de moyen terme, c’est comme la torture tauromachique, elle existe ou elle n’existe pas. On ne peut plus laisser la loi sur les sévices cruels exercés sur les animaux en l’état.

Si nos listes font apparaître artificiellement un nombre important de soutiens à la tauromachie, c’est parce que ceux qui se taisent, qui refusent de répondre sur le sujet après de nombreuses sollicitations ont été classés dans la liste noire. Sur le site du CRAC Europe, vous pouvez retrouver  la liste complète des 1500 personnalités qui ont signé pour l’abolition, dont près de 400 élus.

Les deux précédentes législatures ont vu l’émergence de propositions de loi abolitionnistes, la future législature verra la discussion sur l’abrogation de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal, son vote, et l’on en finira enfin en France avec la torture des taureaux !

Il faut, par les urnes, éliminer de la vie politique les élus qui soutiennent la barbarie des arènes. Le collectif Non à la honte française ! représente déjà, à travers quelque 190 associations (www.patrimoine-corrida.fr), plus de 500 000 électeurs potentiels. Nous avons le pouvoir de faire comprendre aux élus qu’ils risquent de perdre leur mandat en ne luttant pas contre cette ignominie. Utilisons ce pouvoir dans les urnes : en 2012, les taureaux voteront !

Pour l’équipe du CRAC Europe
Comité Radicalement Anti Corrida pour la protection de l’enfance,
Hélène Vaquier, présidente

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://hommelibre.blog.tdg.ch/media/02/00/346109582.jpg&sa=X&ei=9iOTT9bxEMOq0QXm09XTDg&ved=0CAsQ8wc4Dw&usg=AFQjCNEqJs6YhdRFegSjZF1fCFucaeyxTw

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 12:24

LIEN : link

blue-mudra

ces "personnalités" adeptes des corridas ...

 

 

par Laurine le Trouher, lundi 13 février 2012, 04:02 · 

adeptes, spectateurs occasionnels, tortionnaires avérés ou simplement contre une interdiction de la corrida ...

•    Abbé Alain de la Morandais (et son rêve inassouvi d'être torero)

•    Alain Afflelou

•    Alain Clary

•    Alain Juppé

•    Alain Marleix

•    Alexandra Stewart

•    André Santini

•    Anne Sinclair

•    Anne-Sophie Aparis : "Elever des visons c'est normal, ils sont fait pour ça (la fourrure), y'a pas de problème, je suis aussi pour la corrida." 

•    Anny Duperey : "Pardon, je vais très certainement chuter dans votre estime... Mais je n'arrive pas à être contre la corrida. Peut-être pour en avoir vu de superbes en Espagne. Je ne sais exactement." 

•    Antoine Bourseiller (père de Marie Sara)

•    Armand Jammot

•    Ava Gardner

.    Bartabas ,né Clément Marty

•    Béatrice Dalle

•    Benoist Apparu

•    Bernadette Lafond

•    Bernard Kouchner

•    Bizet

•    Bruno Rougier

•    Carole Bouquet

•    Catherine Ceylac

•    Cécile Duflot : http://www.dailymotion.com/video/xoshce_cecile-duflot-questionne-par-les-anti-corrida_news 

•    Cécilia Attias (ex-Sarkozy)

•    Charlotte de Turkheim

•    Christian Blanc

•    Christian Clavier

•    Christian Lacroix

•    Christine Bravo

•    Christine Ockrent

•    Christophe Barratier

•    Christophe Lambert (publicitaire)

•    Claire Gallois

•    Claude Cabanne

•    Claude Lelouche

•    Claude Marti

•    Claude Sérillon

•    Clémentine Célarié

•    Cocteau

•    Combas

•    Dalida

•    Daniel Guichard

•    Daniel Herrero

•    David Douillet

•    David Pujadas

•    Denis Coculat

•    Denis Podalydès

•    Dominique de Villepin

•    Dominique Strauss-Kahn

•    Edmonde Charles-Roux

•    Elise Lucet

•    Eric Cantona

•    Eric Conan

•    Eric Dupond-Moretti

•    Eva Joly : http://www.youtube.com/watch?v=cgN9YUZFNNo&feature=player_embedded#!

•    Evelyne Bouix

•    Francis Wolff : a écrit "50 raisons de défendre la corrida"

•    François Fillon

•    François Léotard

•    François-Xavier Gauroy

•    Françoise Fabian

•    Frédéric Mitterand

•    Georges Suffert

•    Georgina Dufoix

•    Gérard Depardieu : "rituel sublime"

•    Gérard Jugnot

•    Goya

•    Guillaume Durand

•    Hemingway

•    Henri Emmanuelli

•    Inès de la Fressange

•    Jack Lang : http://www.dailymotion.com/video/xjfofh_ce-que-pense-jack-lang-de-la-corrida_news

•    Jacques Blanc

•    Jacques Durand

•    Jacques Weber

•    Jean Bousquet

•    Jean Glavany

•    Jean Cau

•    Jean Dessailly

•    Jean Lacouture

•    Jean Nouvel

•    Jean Reno

•    Jean-Claude Gayssot

•    Jean-François Balmer

•    Jean-Louis Bianco

•    Jean-Louis Borloo

•    Jean-Louis Burgeat

•    Jean-Luc Godard

•    Jean-Marc Ayrault

•    Jean-Marie Magnan

•    Jean-Michel Ribes

•    Jean-Paul Boré

•    Jean-Paul Fournier (sénateur maire de Nîmes)

•    Jean-Pierre Chevènement

•    Jean-Pierre Soisson

•    Jérôme Savary

•    Julie Depardieu

•    Lauren Bacall

•    Les Gipsy King

•    Louis Féraud

•    Lucien Clergue

•    Macha Béranger

•    Manet

•    Manuel Valls

•    Marc Blondel

•    Marcel Rufo (pédopsychiatre) : "Si jamais on interdit les arènes aux mineurs, il ne faudra pas oublier d'interdire la boxe, le rugby, la vision des supporters énervés du monde du football et la grand-mère qui crie souvent sur le grand-père affaibli."

•    Maria Pacôme

•    Maurice Druon

•    Mazarine Pingeot

•    Michel Cardoze

•    Michel Fugain : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/12/21/2347701_la-decouverte-de-la-corrida-par-michel-fugain.html

•    Michel Leiris

•    Michel Pamier

•    Michel Polac

•    Michel Sardou 

•    Michel Vauzelle

•    Michèle Alliot-Marir

•    Michèle André

•    Michèle Barzach

•    Michèle Torr

•    Montherlant

•    Nelson Monfort

•    Nicolas Sarkozy

•    Nicoletta

•    Olivier Dassault

•    Olivier Guichard

•    Pascal Clément

•    Patrick de Carolis

•    Patrick Sébastien

•    Philippe Caubère : "Je n'aimais pas ça au début, et à la première corrida que j'ai vue, un peu par hasard, j'ai fait le cirque. C'est bien après que j'ai trouvé une réelle beauté et gravité à ce spectacle qui s'apparente à une sorte de théâtre primitif."

•    Philippe Lavil

•    Philippe Solers

•    Picasso (rêvait d'être picador avant de devenir peintre)

•    Pierre Albaladéjo

•    Pierre Arditi : "Curieusement ou paradoxalement, je n'ai jamais pu supporter la vue du sang. or, ici (les arènes), ce sang qui coule ressemble à un jet de vie, à une traînée de peinture, violente à en déchirer le ciel. Je la lis comme une trace de vie. Parce que la tauromachie me raconte poétiquement la vie et la mort aussi."

•    Pierre Perret

•    Prosper Mérimée

•    Rachida Dati

•    Régine

•    Robert Sabatier

•    Robert Vigouroux

•    Roger Bambuck

•    Romy schneider

•    Roselyne Bachelot

•    Sardou

•    Serge July

•    Serge Reder (maire de Rodilhan)

•    Ségolène Royal : "La corrida est un spectacle magnifique. Je comprends la passion de ceux qui s'enthousiasment pour cela." 

•    Simon Casas

•    Sophia Loren

•    Sophie Agacinsky

•    Sylvie Vartan

•    Tania Young

•    Théophile Gautier

.    Thierry Lhermite

•    Vanessa Paradis

•    Véronique Sanson

•    Victoria Abril

    William Leymergie

.  Yvan Audouard

•    Zizi Jeanmmaire

 

 

 

 


 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 18:26

blue-mudra  

 

LIEN : link

 

  Il se peut qu'il y ait mille raisons d'être heureux d'un monde où l'on trouve des philosophes. Mais il se peut aussi que les mille justifications cachent une détresse absolue sur le terrain de nos pouvoirs de penser. La philosophie a pu répandre une désolation sur les meilleures de nos possibilités individuelles et collectives, à commencer par celle qui s'appelle "penser".

   Mille voies ont peut-être été ouvertes par l'oblitération d'une seule, la seule qui nous importait.

   Les grands philosophes du passé ont constitué une figure originale et salutaire. Ils ont imposé l'idée, contre les religions, contre les conservatismes, qu'on pouvait penser librement. Tous, pourtant, ont méticuleusement fabriqué des rails. Comme si leur geste consistait à dire : "J'ai découvert que l'exercice de la pensée était libre - sur quelle conviction, ça je ne vous le dis pas - mais cette liberté je la clos définitivement : penser devra se faire comme je l'ai dit."

   Est-ce un moment purement local dans l'histoire de notre civilisation? De sorte que l'on pourrait relativiser le dommage. Dire par exemple : "D'accord, les philosophes ont conquis le droit de penser librement et l'ont transformé en pouvoir législatif sur nos pensées... Mais ne nous reste-t-il pas d'autres domaines où la philosophie (heureusement!) ne pénètre pas? La politique, le bonheur, l'éthique... Oui, les penseurs ont tous produit des éthiques, parfois monumentales, mais qui s'en inspire réellement? Ont-ils jamais produit une éthique vivante, une éthique effective?"

   Un tel discours est malheureusement illusoire. Car en neutralisant un certain lieu de l'intelligence, celui que chacun pourrait explorer pour son compte, les philosophes installent une tache aveugle dans toutes les activités inventives et créatrices. Ils sont les gardiens d'un point virtuel où la politique, le bonheur, l'éthique trouveraient de quoi se ressourcer, au niveau individuel autant que collectif. Ils font régner autour de ce point une terreur qui éloigne les plus timides et soumet les entreprenants. 

   Comment combattre ces ennemis de la pensée que sont les philosophes (ennemis, parce qu'ils se veulent les "amis" exclusifs de la "sagesse")?

   Déjà, ôter l'écran opaque qui nous tombe immédiatement sur les yeux quand nous lisons les penseurs.

   Un principe salutaire doit s'appliquer ici : toute grande affirmation philosophique est une énormité. Une énormité qui paraîtrait risible si nous n'étions pas le jouet d'un respect absurde qui nous saisit devant un texte "philosophique". 

   Que toute affirmation philosophique soit une énormité, cela se justifie d'ailleurs logiquement. La philosophie ne peut être autre chose qu'un exercice libre de la pensée. Elle ne peut donc en appeler qu'à la liberté de jugement. Toute affirmation inconditionnelle d'un penseur rencontrera donc inévitablement face à elle, au moins virtuellement, au moins en théorie, une instance qui s'appelle "pensée libre". Pour cette instance, toute affirmation absolue est fausse, et ridicule sa prétention à valoir inconditionnellement.

   Il y a une autre cause qui fait de toute affirmation philosophique une énormité. Elle s'éclaire quand l'on saisit la nature même de cette affirmation. On découvre alors que le philosophe a un besoin quasiment pathologique d'excès. Pour que ses affirmations soient fortes, elles doivent être excessives, aller trop loin. Ce qui peut s'obtenir de diverses façons : par le côté scandaleux, violemment paradoxal, superbement injustifié etc. etc. A la base de cette tendance il y a une vision de l'universel comme violence absolue : l'universel ne s'ouvrirait un chemin dans le monde que par la puissance d'une voix, d'une écriture et, en l'occurrence, dit le penseur, de ma voix, de mon écriture.

   Cette dernière particularité explique que le philosophe puisse se permettre d'écrire mal, de forger des phrases illisibles à force d'être surchargées, de multiplier les mots bizarres, les enchaînements déconcertants. Qu'il soit difficile de le lire est précisément, pour lui, un aspect essentiel de l'inscription de sa voix dans le monde. La violence de son écriture doit être insupportable, si elle veut se faire prendre au sérieux et si elle veut (ainsi du moins pense le philosophe) injecter au monde de l'universel. Manquer de respect pour son lecteur est le point essentiel de l'éthique du philosophe.

   Une seule chose peut être importante dans une philosophie : qu'elle puisse conduire vers le lieu d'une pensée libre et d'un pouvoir universel de créer et concevoir.

   Une fois celui-ci accessible à tous, plus personne n'osera se prétendre "philosophe".      

  •  
Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 11:19

blue-mudra.jpg

LIEN : link

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 13 avril 2012

Qu'ils s'en aillent les aboyeurs aux meetings, qu'ils s'en aillent les racoleurs de voix. Ils assemblent des masses, les font bêler, les font huer, les humilient et, en prime, les flattent d'applaudir. Ils exténuent la démocratie dans le slogan. Ils sont les auteurs de la bêtise dont nous crevons.

 

Qu'ils s'en aillent les "auteurs" qui nous cassent les oreilles, les essayistes, polémistes, analystes, chroniqueurs. Ils couvrent les petits bruits du monde, les petits bruits de chacun de leur tintamarre. Ils transforment la délibération démocratique en foire à idées, les problèmes vitaux de l'humanité en quincaillerie idéologique. Ils sont les auteurs de la bêtise dont nous crevons.

 

Mais, surtout, qu'ils s'en aillent les "philosophes". Certes, on les entend assez peu. Mais la raison en est simple : ils sont au coeur virtuel du dispositif millénaire de la bêtise. Ils sont les tueurs originaires de la démocratie. Ils ont toujours déjà fait leur sinistre boulot. Ils ont assez diffusé de modèles pour penser. Ils ont soigneusement rétréci  le pouvoir de juger, méticuleusement mis sur des rails la créativité universelle (ne la connaissant que trop bien). Eux aussi aiment les applaudissements, cette infamie. 

 

 

 


 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article