Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 12:53

Laisser ce chant aux assises de l'univers

 

Ce chant qui est la racine de ton coeur,ce chant participe d'une conscience universelle à laquelle tu appartiens mais dont ta personne n'est que l'instrument temporaire . Ne cherche pas à enrichir ta pauvreté d' être , laisse-la mourir là ou elle doit mourir . Ne crains rien,tout existait avant toi , tout existera après toi et tout existe malgré toi ... Et lorsque le chant t' advient , sache qu'il n'est pas le tien , qu'il se joue bien de tes limites ,de la précarité de ta forme...Laisser son chant aux assises de l'univers , c'est laisser à notre structure une fin paisible , celle qui ne revendique rien et s'endort au sein de cette conscience universelle dont elle n'était qu ' un reflet .

 

 

 

P.S :  Je rajoute cette juste critique du texte de Pascal Ruga due à mon ami Oscar , je n'avais pas vu cet aspect là qui effectivement impose un juste questionnement :

"Le pathos obsessionnel du moi", "ma nature réelle..." etc...

Mais n'est-ce pas là un moi qui se nie lui-même? Car n'est-ce pas un certain Pascal Ruga qui parle d'une "conscience universelle" laquelle transcenderait un "moi" qui serait au fond sans existence réelle, alors que toute conscience se manifeste toujours comme celle d'un moi, même en extase ou contemplatif, et quant à son caractère inséparable d'un cerveau là encore individuel, les malades d'Alzheimer en savent quelque chose, ou plutôt ils en savent de moins en moins hélas, car peut-on les envier...

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://faune37.f.a.pic.centerblog.net/xyh8ywau.jpg&sa=X&ei=7ILAUJCEMY6F0QGR0oCwDA&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNH1zX17lyih7n88gzif4FRxQ0RXew

 

 

http://37.img.v4.skyrock.net/9959/71259959/pics/3129412038_1_2_63fTiCxl.jpg

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 17:45

Lien : link

 

 

TOKYO (AFP) - 22.11.2012 20:30 - Des opposants à la pêche Japonaise à la Baleine et au Dauphin ont annoncé des manifestations à Tokyo et dans huit autres grandes villes du monde pour samedi.

Les organisateurs appellent les Japonais à cesser les subventions publiques aux campagnes de chasse à la Baleine dans l'Antarctique et à stopper les

Massacres de Dauphins dans la baie de Taiji (ouest du Japon).

Outre Tokyo, des rassemblements sont prévus à Canberra, Londres, Los Angeles, Miami, Milan, Sao Paulo, Vancouver et dans une grande ville du Texas, a expliqué jeudi à l'AFP Hideaki Nagai, porte-parole de l'association Action pour les mammifères marins.

Les Baleiniers Nippons tuent chaque année des centaines de Cétacés dans l'Antarctique, en vertu d'une tolérance envers la pêche « scientifique » de la Commission Baleinière Internationale, qui proscrit toute chasse commerciale.

La bourgade portuaire de Taiji a pour sa part été rendue célèbre par le documentaire « The Cove, la baie de la honte ». Ce film, récompensé par un Oscar en 2010, a dénoncé la capture sur place chaque année de dizaines de Dauphins, envoyés dans des Parcs d'Attraction, et le Massacre de centaines d'autres pour la consommation de leur viande.

© 2012 AFP

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 12:07

Un article intéressant par Yann Vleiz Ar C'hunff

 

___________________________________________________________________________________________

 

LIEN : link

 

Il m'a été demandé s'il existait une spiritualité spécifiquement bretonne… Après quelques secondes de réflexion, voici ce que j'ai répondu :

Le mot "Trépas" français veut dire "Mort" alors que le mot "Trepas" breton, (prononcer trépaz), veut dire "Couloir" et "Corridor"... en fait, non pas un point final, mais un passage vers l'Autre Monde! Le peuple celte et breton fut éminemment spiritualiste, que ce soit sous le druidisme ou sous le christianisme celtique, (tous les deux combattus par Vatican qui ne reconnaît que du bout des lèvres quelques saints bretons, les 7 fondateurs, Yves et Anne...), dans une vision du Monde où plusieurs «univers parallèles» se côtoient, avec des signes ou intersignes qui sont les codes ou les messages d'interface entre ces mondes... Tous peuvent les voir et les comprendre, mais peu le font car ils n'y croient pas ou n'y pensent pas, et pour eux tout n'est que hasard ou coïncidence...

Pour le breton spiritualiste, toutes les énergies se recyclent, et le Trepas (Tri paz = trois pas) est le moyen radical de franchir la porte vers l'Ailleurs... De façon schématique, son monde spirituel est symboliquement divisé en trois cercles concentriques :

Anwn, monde de l'oubli et de la déstructuration des énergies, retour au creuset originel (enfer des chrétiens?)

Abred, monde de l'errance, vie dans laquelle nous sommes actuellement, où nos faisons des expériences dans la joie ou la souffrance, en dessous de la vitesse de la lumière, monde sombre aux soleils blancs... (purgatoire des chrétiens?)

Gwenved, le monde blanc, au delà de la vitesse de la lumière, monde blanc aux soleils noirs, où le temps est suspendu, où l'énergie est en vibration haute au delà de la matière (énergie en vibration basse), et où l'esprit a un corps lumineux libéré du temps et de la souffrance, en fusion totale avec les autres esprits...

Le quatrième cercle est infranchissable, Keugant, là où on se « brûle les ailes » si on veut le franchir, et où on retombe case départ tel un ange déchu...

La spiritualité bretonne traditionnelle est bien plus complexe que cela bien sûr, mais je l'ai brièvement résumée ici. La croix celtique reproduit dans son symbolisme ces mondes différents et imbriqués... Mais comme disaient les Druides, une doctrine spirituelle n'est jamais figée, morte en un texte écrit, mais reste vivante et évolutive comme la parole, et le réel qu'elle tente de décrire… Le débat reste donc lui aussi ouvert ! JLLC ■

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.becombegeek.fr/wp-content/uploads/IMG_6624.jpg&sa=X&ei=yh-mUODQG8qi0QXY-YDQDg&ved=0CAoQ8wc4VA&usg=AFQjCNHRUWzkf32HhUXBZ5xSdg-mQ0yrzQ

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 15:49

LIEN : link

 

Agora Soulac Energie - " À propos de la « haine de la nature », n'y a-t-il pas, conjointement, « haine de la culture ? Et, dans ce cas, que reste-t-il des « valeurs » dans les sociétés occidentales actuelles ?

 

Christian Godin : La question comporte plusieurs couches de sens.

La réalité de la haine de la culture, que l'on peut percevoir à travers plusieurs signes comme l'effondrement du prestige de l'institution scolaire ou la crise du livre et de la librairie est, me semble-t-il, beaucoup mieux connue que la haine de la nature - laquelle est l'objet d'un déni spécifique.

Par ailleurs, les défenseurs de la protection de la nature sont l'objet d'un soupçon récurrent : celui de détester la culture. Le stéréotype « ami des animaux » égale « ennemi des hommes » est régulièrement utilisé. On est même allé jusqu'à inventer une prétendue « technophobie », destinée, comme tous les termes en « phobie », à couper court à toute critique.

En fait, l'opposition nature/culture ne fonctionne pas à tous les niveaux. Il y a aujourd'hui une communauté de destin entre les deux, et c'est pourquoi, si l'on définit les progrès scientifiques, techniques et économiques comme modernes, nous pouvons dire que nous sommes passés à un âge postmoderne.

Ce qui définit la haine, c'est le désir de destruction, pas forcément conscient. Qui ne voit qu'aujourd'hui la nature et la culture sont prises dans une même tourmente, qu’elles sont menacées par une même barbarie ? Et c'est pourquoi la défense de la nature trouve ses sources dans les meilleures traditions de la culture.

Les sociétés occidentales actuelles, à la différence des sociétés anciennes, vivent dans un « polythéisme des valeurs », pour reprendre l'expression de Max Weber. On y trouve à peu près tout. Cela dit, les valeurs dominantes (utilité, efficacité, vitesse, précision, performance etc.) sont toutes des valeurs techno-économiques. Et c'est au nom de ces valeurs qu’une guerre impitoyable est faite au milieu naturel.

 

Agora - Que vous ont apporté les deux années de séjour et de travail en Afrique, dans votre cheminement philosophique, en particulier sur l'expression « sous-développement » imposée au sortir de la Seconde Guerre mondiale par les Américains ?

 

C. Godin - Il est toujours difficile de savoir en quoi a consisté une expérience existentielle. Les rencontres que j'ai pu faire au Cameroun m'ont évidemment marqué. J'ai très rarement eu par la suite l'occasion d'avoir des conversations de plusieurs heures avec des gens qui n'avaient ni les mêmes idées, ni les mêmes croyances, ni les mêmes habitudes que moi. J'étais dans une période d'entre-deux, mes études étaient achevées et ma vie professionnelle n'avait pas commencé. Le monde du travail et les cercles d'amis et de connaissances ne vous mettent en relation qu’avec des pairs.

Le discours de Truman en 1948, où pour la première fois la plus grande partie du monde était qualifiée de « sous-développée » a représenté en effet, sous couvert des bonnes intentions de l'aide internationale, une grande violence symbolique. Il signifiait une formidable simplification de l’Histoire - ce que désormais nous appelons « mondialisation ».

Mais ce discours était aussi un constat : désormais, pour le monde entier, le seul impératif qui pourra donner sens à la collectivité humaine est le développement économique. De fait, en 1948, l'Union soviétique qui représentait un violent contre-modèle, poursuivait les mêmes objectifs que le monde occidental. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la guerre entre eux n'a été que froide.

L'une des clés du triomphe du système capitaliste à l'échelle mondiale est d'avoir su gagner à lui l'imaginaire des hommes. Aujourd'hui, aucun gouvernement n'oserait aller contre le désir d'enrichissement personnel et de consommation matérielle maximale. Les cultures traditionnelles qui reposaient sur des valeurs opposées sont moribondes, lorsqu'elles ne sont pas mortes.

 

Agora - « Paradoxalement mais significativement, la haine de la nature a été d'autant plus forte que celle-ci se montrait généreuse et bienveillante envers les hommes (…). Là où, à l'inverse, les hommes auraient eu toutes les raisons de maudire ce qui rendait si difficile leur existence, ils ont développé vis-à-vis de la nature des sentiments profonds de vénération et de respect » (La Haine de la nature, p.18) À quelles régions du monde et à quelles cultures pensez-vous ?

 

C. Godin - Si la civilisation moderne est née en Europe, cela est en grande partie dû à un ensemble de facteurs climatiques et biogéographiques (climats tempérés, sols riches propices à la culture de la terre, présence d'animaux de trait etc.). La grande majorité des sociétés humaines ont vécu dans des conditions naturelles extrêmement difficiles qui ont rendu pratiquement impossible ce que Marx appelait l'accumulation primitive du capital. Certes, il ne faut pas négliger les facteurs psychologiques et idéologiques, mais la domination de l'Occident sur le monde, me semble-t-il, vient, comme l'ont montré les travaux de Jared Diamond, des conditions environnementales.

L'attitude de vénération vis-à-vis de la nature a diminué (jusqu'à disparaître) à mesure que la puissance technique et économique accordait à l'être humain une domination sans partage. En revanche, là où la nature est considérée comme supérieure, elle est à la fois crainte et vénérée. Le phénomène est partout observable.

Cela dit, n'allons pas imaginer que les sociétés traditionnelles ont toujours respecté et préservé leur environnement. On sait aujourd'hui que l'effondrement de la grande civilisation maya est le résultat d'un désastre écologique. Vous évoquiez l'Afrique tout à l'heure. Un jour on a cru m'honorer beaucoup en me servant du singe à manger. La main, m'a-t-on même précisé, est la partie la plus délectable. Je n'ai pas remarqué parmi mes hôtes de réactions d'indignation. Aujourd'hui, c'est dans les pays où les coutumes traditionnelles ont encore un reste de vivacité que l'environnement est le plus ravagé. Les réserves naturelles n'arrêtent pas la cupidité des hommes - les éléphants y sont massacrés par milliers.

Pour revenir à votre question, j'évoquerai un exemple de vénération à l'égard de la nature. En Inde, chaque année, des dizaines, peut-être des centaines de personnes, surtout des enfants, meurent de morsures de cobra. Il est évident que si de pareils accidents survenaient en Europe à cette échelle, les animaux responsables seraient tous exterminés. En Inde, le cobra est un animal royal, et même divin. Il figure dans l'iconographie bouddhiste et hindoue. Dans les campagnes, aujourd'hui encore, les paysans placent devant le trou où vit le cobra une coupelle de lait, pas seulement comme nourriture, comme une véritable offrande. Et lorsqu'ils croisent dans un champ un cobra, ils font l'anjali (le geste des deux mains jointes à la hauteur de la poitrine en guise de salutation) et passent leur chemin. Ils ont vu l'animal de Shiva.

 

Agora - Vous citez beaucoup de faits et de chiffres dans La Haine de la nature. Les sciences humaines pourraient-elles à votre avis constituer un espoir de levier pour infléchir la tendance actuelle de destruction de la nature ?

 

C. Godin : Il est évident que l'écologie scientifique a beaucoup agi pour faire prendre conscience au monde entier des faits et des problèmes relatifs à l'environnement. Amartya Sen dit que l'économie est une science humaine. L'écologie, selon moi, devrait être considérée comme une science humaine.

La connaissance augmente la conscience, et c'est pourquoi elle doit être cultivée, dans tous les domaines. Mais il convient aussi de se rendre compte que les sciences humaines (que je prends ici au sens strict : l'histoire, l’anthropologie, la sociologie...) ne vont pas forcément développer une attitude de respect à l'égard de l'environnement.

Mais il y a plus inquiétant et plus grave encore. Jean-Pierre Dupuy a analysé dans plusieurs de ses ouvrages ce paradoxe : nous ne croyons pas ce que nous savons. Par exemple, nous savons tous, à titre individuel, que nous allons mourir, et pourtant, foncièrement, nous n'y croyons pas. Les désastres environnementaux sont objets de déni, quand ce n'est pas d'amnésie. Et si, comme c'est envisageable, la crise économique s'aggrave dans les pays occidentaux, alors la défense de la nature apparaîtra comme une sorte de luxe inutile. Donc, que ce soit en période de croissance économique, ou en période de crise, l'environnement est oublié. À moins d'une révolution civilisationnelle dont on ne voit pas d'où elle pourrait venir, le seul motif d'espoir pour le court terme vient de l'action et du comportement de ces millions de bénévoles qui, à l'humble échelle locale qui est la leur, montrent que l'on peut vivre d'une vie authentiquement humaine sans tout ravager dans son sillage."

Merci pour cet entretien qui donne à méditer...

 

http://edenlove.e.d.pic.centerblog.net/lanhmvq7.jpg

 

 

AUTOBIOGRAPHIE DE CHRISTIAN GODIN :

 

http://www.christian-godin.com/imggnrq/Christian-Godin-6.jpg

 

LIEN :link

 

 

Je suis né sur la table de la cuisine de la maison de mes grands-parents, à Saint-Maur-des-Fossés, dans le département de la Seine (aujourd'hui Val-de-Marne) le 20 septembre 1949. Ma mère, en effet, voulait me faire venir au monde chez ses parents, et non à l'hôpital, peut-être pour signifier que l'accouchement n'est pas une maladie.

Lorsque j'étais à l'école communale, j'ai cru pendant un certain temps que mon père était jardinier, parce que c'était au jardin que je le voyais travailler. Lorsque ma grand-tante, la sœur de mon grand-père paternel, et qui a joué pour mon père le rôle de seconde mère, a appris que j'avais mis ce mot de « jardinier » à la mention « profession du père » sur la fiche que notre instituteur nous faisait remplir au début de l'année, elle fut consternée car c'était elle qui s'était occupée des études de mon père (elle se jugeait, en tant qu'institutrice, bien plus digne de cette fonction que sa belle-sœur, qu’elle considérait comme une paysanne). Elle essaya bien de m’expliquer que mon père était « ingénieur », mais je ne comprenais pas ce que cela voulait dire.

Mes parents appartenaient à la petite/moyenne bourgeoisie. Mon père, qui avait fait des études d'agronomie, travaillait dans l'industrie alimentaire : Buitoni, puis Damoy. Ma mère, qui avait obtenu son brevet, mais n'était pas allée jusqu'au baccalauréat, avait été secrétaire d'abord chez son père, puis dans une entreprise de fourniture de matériel automobile. Elle a quitté son travail après son mariage pour se consacrer à ses deux enfants et à la maison. Pour autant que je sache, elle n'a pas considéré cela comme une servitude particulière.

Mon grand-père maternel était agent immobilier. Ma mère disait qu'il savait acheter, mais pas vendre. Il vivait bien, sans plus, dans son pavillon de Saint-Maur. Ma grand-mère, qui avait été couturière dans sa jeunesse, et qui venait de Mirecourt, dans les Vosges, était également « sans profession », c'est-à-dire qu'elle s’occupait de ses trois enfants et du ménage de sa maison.

Mon père descendait d'une famille de paysans du Gâtinais. Ses parents étaient fils et fille de cultivateurs. Ils auraient normalement dû passer leur vie à travailler la terre, à Beaune-la-Rolande ou à Barville-en-Gâtinais, mais l'Histoire avec sa grande hache, pour dire comme Georges Perec, en a décidé autrement. Pendant la guerre de 1914-1918, une explosion de grenade arracha la jambe à mon grand-père et lui interdit à jamais la culture de la terre. Mon grand-père trouva un emploi de secrétariat dans les assurances, qu’il assurait dans le bureau de sa propre maison, à Pithiviers, dans le Loiret.

Je suis allé à l'école pour la première fois à l’âge de six ans, et ce fut un vrai drame. L'agitation et les cris de mes camarades d'école me terrorisaient. D'ailleurs, j'avais peur de tout, j'étais timide et je rougissais pour un rien. Ma mère, qui avait gardé un caractère un peu aventurier malgré sa vie rangée, en était désolée.

Je n'étais pas un bon élève. Je n'ai été ce qu'on appelle un bon élève qu'à la fin de mes études secondaires, en classe de terminale. Je devais être, pour mes maîtres, un sujet d'énervement. Sinon, comment expliquer que j'aie dû redoubler la classe de sixième à cause de mon professeur de mathématiques, une vraie Madame Mac Mich, alors que j'étais le premier de la classe cette matière ? Mais cette enseignante, qui devait confondre sa rigidité avec de la rigueur, avait définitivement jugé que je n'étais pas suffisamment « mûr » pour passer en cinquième. J'avais, en effet, un an d'avance, et pour certains professeurs de la vieille école républicaine, je devais incarner la négation même de l'égalité des chances.

L'année suivante, lors de ma deuxième sixième donc, j'ai été renvoyé du lycée à deux reprises, pour une période de trois jours, parce que j'avais accumulé une trop grande quantité d'heures de colle (je crois me souvenir que le plafond était à 10). Cette année-là, je ne manquais jamais de reprendre un professeur lorsqu'il se trompait. Ce petit jeu n'était évidemment pas le mieux à même de m'en faire un allié lors des conseils de classe.

Je ne pense pas avoir eu avec l'un de mes camarades d'école ou de lycée, jusqu'en classe de quatrième, des liens de connivence aussi forts que ceux que j'ai pu avoir avec ma sœur. Et je ne crois pas que ce soit sa mort prématurée qui me fait dire cela aujourd'hui. Ce n'est que très tard que je me suis rendu compte à quel point la présence d'une sœur peut être pour un homme aussi décisive que peut l'être celle de n'importe quelle autre figure féminine : la mère, l'épouse, la grand-mère, la maîtresse, l’amante, l'amie, la camarade, la copine, la collègue. En manque-t-il une, aucun homme ne devrait s'autoriser à dire qu'il connaît « les femmes », encore moins qu'il les aime.

J’avais été depuis toujours nul et mou en gymnastique. Mais lorsqu'un professeur d'éducation physique au lycée me repéra, avec ma haute taille et mes longues jambes (j'ai dû atteindre ma taille adulte à l’âge de 14 ans et je dépassais d'une tête tous mes camarades), une nouvelle histoire provisoire s'ouvrit dans ma vie. J'ai pendant plusieurs années participé à des concours et des championnats, dans la catégorie minimes, cadets et juniors. Ma spécialité était le demi-fond. J'y ai récolté un certain nombre de médailles, que j'ai conservées dans un tiroir et pour la première fois que je voyais mon nom dans un journal (L’équipe). L'hiver, je participai à des cross qui ont laissé en moi le souvenir mitigé du froid, de la boue et des gobelets d’Ovomaltine à l'arrivée.

À la fin de mes années de lycée et au début de mes années d'études supérieures, j'ai commencé à beaucoup voyager. Je suis allé à Bayreuth en bicyclette, à Pâques, car Richard Wagner était mon dieu, à l'égal de Victor Hugo. J'ai sillonné l'Europe en auto-stop : c'était l'époque, autour de 1968, où, l’été, à la sortie des villes, les auto-stoppeurs se suivaient tous les 50 mètres, le pouce levé. En 1971, avec mon meilleur ami, je suis allé à Katmandou par voie de terre : le train jusqu'à Istanbul, puis une flopée de bus brinquebalants pour traverser la Turquie, l'Iran, l'Afghanistan et le Pakistan. Ne sachant rien d'elle, au point de ne savoir reconnaître un Sikh d'un hindou, l'Inde m’a émerveillé. J’y retournerai 7 fois par la suite.

Le passage de mon lycée de banlieue au lycée Louis-le-Grand, après le baccalauréat, a été pour moi psychologiquement presque aussi difficile que mon premier contact scolaire. En hypokhâgne et en khâgne, je me suis retrouvé avec des condisciples à la fois intellectuellement mieux armés et déjà brûlés d'une ambition que pour ma part je ne connaissais pas. J'adoptai donc un comportement de fuite. Au lieu d'aller en cours, je passais des journées entières à me promener dans Paris et à me réfugier au cinéma. Deux échecs au concours d'entrée à l’école Normale Supérieure sanctionneront cet amateurisme.

Mon professeur de philosophie en classe terminale était quelqu'un qui n'avait jamais travaillé après ses années d'études. Ses cours étaient ceux que lui-même avait eus 35 ans auparavant. Mais je n'en suis pas rendu compte tout de suite. Comme il était anti-marxiste, anti-existentialiste, et qu’il ne connaissait rigoureusement rien au structuralisme, dont il n'avait sans doute jamais entendu parler, je ne savais rien de ce qui faisait l'actualité de ces années bouillonnantes, surtout à Paris.

Le lycée Louis-le-Grand a été l'un des principaux foyers d'où est parti le mouvement de mai 68. Je n'étais pas militant, j’ai d'ailleurs toujours été incapable de l’être, trop timide, et trop individualiste. Mais j'étais davantage qu'un spectateur. Disons que j'étais un spectateur engagé, assez engagé tout de même pour participer à des manifestations, pour pleurer dans des nuages de gaz lacrymogènes, et pour voir se dresser en quelques minutes une barricade là où quelques heures auparavant il y avait un embouteillage de voitures et d'autobus. Assez impliqué aussi pour passer une nuit blanche à la Sorbonne, voir de drôle de types sortis d'on ne sait où et qu'on appelait, je ne sais trop pourquoi, les « Katangais », mais surtout pour goûter à cette extraordinaire moment de liberté que connut alors le pays et qu'il ne retrouvera jamais.

C'est ma curiosité encyclopédique qui m'a conduit, je ne dirais pas naturellement, à la philosophie. J'ai lu très tard, vers 13-14 ans, et plutôt des dictionnaires que des romans. En classe de quatrième, mon ami, M. B., me prêta Ainsi parlait Zarathoustra, sur lequel je passai une bonne partie de mes vacances de Pâques, à Pithiviers. Je n'y comprenais rien, mais par orgueil ou par vanité je tenais à le lire en entier car je ne voulais pas trahir la confiance que mon ami avait placée en moi. On ne peut pas savoir à quel point l'émulation amicale, sans rivalité et a fortiori sans concurrence, peut avoir d'influence sur la formation intellectuelle d'un individu, où presque tout est une question de caractère.

En terminale, j'ai lu Platon et, pendant les vacances de Pâques, la Critique de la raison pure. J'étais fier de pouvoir expliquer à mon meilleur ami d'alors, F. L., qui avait un vrai génie des mathématiques, ce que signifiait « transcendantal ».
C'est à cette époque aussi que j'ai commencé à écrire un journal, plus extime qu'intime d'ailleurs. Je remplissais aussi des dizaines des cahiers de notes, sur les sujets les plus variés (mon tropisme encyclopédique). Mais il suffisait qu'un sujet figurât au programme des études pour que son intérêt disparût à mes yeux.

Après mon double échec au concours d'entrée à l'école normale supérieure, je me suis retrouvé à la faculté, c'est-à-dire nulle part. J'allais à la Sorbonne, mais aucun cours ne me plaisait vraiment. Les professeurs me décevaient tous.
Je n'avais donc pas de maître, et si j'ai découvert et lu avec passion Hegel et Nietzsche (deux philosophes on ne peut plus éloignés l'un de l'autre), il ne me serait jamais venu l'esprit de me déclarer hégélien ou nietzschéen.
J’allais payer assez cher ce mixte de désinvolture et d’orgueil. L'absence, parfois confortable, mais souvent pénible, de ce qu'on appelle communément, et non sans vulgarité, une carrière. Voilà le prix que j'ai dû payer pour ma liberté. Dois-je préciser que je ne le regrette pas ?

Je me suis marié en 1976 avec une femme qui sur bien des points avait un caractère opposé au mien. C'est sans doute la raison pour laquelle nous n'avons pas divorcé.

Mes trois enfants m'ont peut-être permis de faire l'économie d'une psychanalyse. En évoquant ma sœur, tout à l'heure, j'ai fait la remarque qu'une existence d'homme sans sœur n'est pas une existence complète. Je crois que sans enfants une existence d'homme ne peut pas non plus être complète.

Avec mon épouse, qui enseignait l'histoire-géographie dans un collège, nous avons beaucoup voyagé. La Hollande était notre destination favorite. L'été, nous sillonnions la France à bicyclette pendant un mois, et pendant l'autre mois, nous faisions un grand voyage hors d'Europe.

En somme j'avais suivi des études dans une insouciance totale du métier que je pourrais faire. Ayant obtenu, à la quatrième tentative, mon agrégation de philosophie, je me suis retrouvé dans des lycées de province et de banlieue très ingrats. Comme je faisais mon travail, et que je ne manquais jamais un cours – sauf l'année où j'allais voir ma sœur en prison à Budapest (elle avait aidé un ami tchèque à sortir de son pays avec un faux passeport) –, je n'ai jamais bénéficié d'aucune autre promotion que celle donnée par le temps qui passe.

Je passais les jours où je n'avais pas cours à travailler sur une grande idée : l'idée de totalité. Je lisais tout ce qui pouvait me tomber sous la main, et dont je pensais que cela pouvait avoir un rapport avec le sujet. Pas seulement des ouvrages de philosophie, mais aussi des histoires de l’art, des histoires des sciences etc.
Ce n'est que progressivement que j'ai pensé à faire de ce travail une thèse, c'est-à-dire à transformer une activité, peut-être une névrose personnelle, en signe social reconnu comme tel par les autres.

Preuve supplémentaire de mon irresponsabilité professionnelle : j'ai passé cinq années entières à écrire un roman où je versai une bonne partie de mes expériences, de mes idées et de mes lectures. Près de 3 000 pages, évidemment impubliables, que ma mère tapa à la machine avec une conscience exemplaire. C'était l'époque, au début des années 1980, où le traitement de texte n'existait pas encore.
Après coup (j'ai toujours eu l'esprit de l'escalier), je me suis rendu compte que cette activité « littéraire » a correspondu à la période de temps où sont nés mes trois enfants. Peut-être voulais-je démentir Nietzsche qui disait, pour lui-même, en latin : « Aut libri, aut liberi », « Ou bien des livres, ou bien des enfants ».
Je me suis dit aussi après coup que ces pages m’ont appris à écrire.

Pendant une bonne dizaine d'années, je n'ai connu pratiquement, dans ma vie sociale, que des échecs. Mes demandes de mutation n'aboutissaient pas, les manuscrits que j'envoyais aux éditeurs, même des articles d'une dizaine de pages, étaient systématiquement refusés, et, pour couronner le tout, le professeur (la professeure) qui avait d'abord accepté d'être mon directeur de thèse a fini par me renvoyer comme un malpropre.
Pour me consoler, je me disais que, parmi les auteurs non publiés en France, je devais être l'un des plus prolifiques. L'humour est la revanche des humiliés.

Je dois au grand philosophe François Dagognet, auteur d'une œuvre considérable, mais que je ne connaissais que de réputation, de m'avoir arraché à la clandestinité où nous nous trouvions tous deux, mon travail et moi. Cela devait se passer au début des années 1990. J'avais donc plus de 40 ans. Non seulement François Dagognet accepta d'être mon directeur de thèse, mais il me fit connaître l'éditeur qui de son côté accepta de publier l'ensemble de mon travail sur la totalité - 7 tomes en tout. écrire beaucoup sans jamais être édité confine à la névrose. On n'écrit pas de livres, on écrit seulement des textes. C'est l'éditeur qui, en transformant les textes en livres, arrache l'auteur à sa névrose pour en faire un travail.

C'est à la même époque que je fis une autre rencontre qui allait bouleverser profondément mon existence intérieure et me donner force et confiance tant sur le plan personnel que dans mon travail social. Notre société, individualiste, ne veut connaître et reconnaître que les individus. Si nous y réfléchissons bien, nous ne sommes, en fait, que le point de rencontre des différents rayons, sombres ou lumineux, qui ont éclairé ou obscurci notre vie. Un être humain ne doit jamais sa force à son propre fonds.

Le monde intellectuel ne fait pas exception. Presque tous ceux qui en font partie jugent à partir du jugement des autres, et non par eux-mêmes.
Après bien des efforts couronnés d'échec, j'ai fini par obtenir un poste à l'université de Clermont-Ferrand et les premiers ouvrages publiés ouvrirent la porte à ceux qui leur succédaient. Bientôt, les offres et les demandes changèrent de camp.

Les dix dernières années de mon existence furent à la fois éclairées par des succès extérieurs et assombries par des deuils intimes. Mon temps est partagé entre mes cours à la faculté, les conférences où je suis invité et mon travail personnel. Chaque jour, je réserve au moins une heure à la lecture des journaux car c'est elle qui nous met en contact avec le réel, qui est la matière à penser.
Bien heureux, lorsque je peux me libérer de ces tâches et me promener à loisir dans les monts d'Auvergne, qui composent l'un des plus beaux paysages du monde.
J’espère vivre assez longtemps pour voir les pyramides mayas et les temples khmers, lire les grands classiques que je ne connais pas, et mener à bien mes travaux philosophiques commencés. l'objet d'un déni spécifique.

Par ailleurs, les défenseurs de la protection de la nature sont l'objet d'un soupçon récurrent : celui de détester la culture. Le stéréotype « ami des animaux » égale « ennemi des hommes » est régulièrement utilisé. On est même allé jusqu'à inventer une prétendue « technophobie », destinée, comme tous les terhttp://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://derring-do.e-monsite.com/medias/images/foret-celtique.jpg&sa=X&ei=5qO4UNmPAubj4QTb_YHYAg&ved=0CAkQ8wc4Fw&usg=AFQjCNEmElw3fZWylxGpddsrzhCn7JCzIQmes en « phobie », à couper court à toute critique.

En fait, l'oppos

 

 

Ce qui définit la haine, c'est le désir de destruction, pas forcément conscient. Qui ne voit qu'aujourd'hui la nature et la culture sont prises dans une même tourmente, qu’elles sont menacées par une même barbarie ? Et c'est pourquoi la défense de la nature trouve ses sources dans les meilleures traditions de la culture.

Les sociétés occidentales actuelles, à la différence des sociétés anciennes, vivent dans un « polythéisme des valeurs », pour reprendre l'expression de Max Weber. On y trouve à peu près tout. Cela dit, les valeurs dominantes (utilité, efficacité, vitesse, précision, performance etc.) sont toutes des valeurs techno-économiques. Et c'est au nom de ces valeurs qu’une guerre impitoyable est faite au milieu naturel.

 

Agora - Que vous ont apporté les deux années de séjour et de travail en Afrique, dans votre cheminement philosophique, en particulier sur l'expression « sous-développement » imposée au sortir de la Seconde Guerre mondiale par les Américains ?

 

C. Godin - Il est toujours difficile de savoir en quoi a consisté une expérience existentielle. Les rencontres que j'ai pu faire au Cameroun m'ont évidemment marqué. J'ai très rarement eu par la suite l'occasion d'avoir des conversations de plusieurs heures avec des gens qui n'avaient ni les mêmes idées, ni les mêmes croyances, ni les mêmes habitudes que moi. J'étais dans une période d'entre-deux, mes études étaient achevées et ma vie professionnelle n'avait pas commencé. Le monde du travail et les cercles d'amis et de connaissances ne vous mettent en relation qu’avec des pairs.

Le discours de Truman en 1948, où pour la première fois la plus grande partie du monde était qualifiée de « sous-développée » a représenté en effet, sous couvert des bonnes intentions de l'aide internationale, une grande violence symbolique. Il signifiait une formidable simplification de l’Histoire - ce que désormais nous appelons « mondialisation ».

Mais ce discours était aussi un constat : désormais, pour le monde entier, le seul impératif qui pourra donner sens à la collectivité humaine est le développement économique. De fait, en 1948, l'Union soviétique qui représentait un violent contre-modèle, poursuivait les mêmes objectifs que le monde occidental. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la guerre entre eux n'a été que froide.

L'une des clés du triomphe du système capitaliste à l'échelle mondiale est d'avoir su gagner à lui l'imaginaire des hommes. Aujourd'hui, aucun gouvernement n'oserait aller contre le désir d'enrichissement personnel et de consommation matérielle maximale. Les cultures traditionnelles qui reposaient sur des valeurs opposées sont moribondes, lorsqu'elles ne sont pas mortes.

 

Agora - « Paradoxalement mais significativement, la haine de la nature a été d'autant plus forte que celle-ci se montrait généreuse et bienveillante envers les hommes (…). Là où, à l'inverse, les hommes auraient eu toutes les raisons de maudire ce qui rendait si difficile leur existence, ils ont développé vis-à-vis de la nature des sentiments profonds de vénération et de respect » (La Haine de la nature, p.18) À quelles régions du monde et à quelles cultures pensez-vous ?

 

C. Godin - Si la civilisation moderne est née en Europe, cela est en grande partie dû à un ensemble de facteurs climatiques et biogéographiques (climats tempérés, sols riches propices à la culture de la terre, présence d'animaux de trait etc.). La grande majorité des sociétés humaines ont vécu dans des conditions naturelles extrêmement difficiles qui ont rendu pratiquement impossible ce que Marx appelait l'accumulation primitive du capital. Certes, il ne faut pas négliger les facteurs psychologiques et idéologiques, mais la domination de l'Occident sur le monde, me semble-t-il, vient, comme l'ont montré les travaux de Jared Diamond, des conditions environnementales.

L'attitude de vénération vis-à-vis de la nature a diminué (jusqu'à disparaître) à mesure que la puissance technique et économique accordait à l'être humain une domination sans partage. En revanche, là où la nature est considérée comme supérieure, elle est à la fois crainte et vénérée. Le phénomène est partout observable.

Cela dit, n'allons pas imaginer que les sociétés traditionnelles ont toujours respecté et préservé leur environnement. On sait aujourd'hui que l'effondrement de la grande civilisation maya est le résultat d'un désastre écologique. Vous évoquiez l'Afrique tout à l'heure. Un jour on a cru m'honorer beaucoup en me servant du singe à manger. La main, m'a-t-on même précisé, est la partie la plus délectable. Je n'ai pas remarqué parmi mes hôtes de réactions d'indignation. Aujourd'hui, c'est dans les pays où les coutumes traditionnelles ont encore un reste de vivacité que l'environnement est le plus ravagé. Les réserves naturelles n'arrêtent pas la cupidité des hommes - les éléphants y sont massacrés par milliers.

Pour revenir à votre question, j'évoquerai un exemple de vénération à l'égard de la nature. En Inde, chaque année, des dizaines, peut-être des centaines de personnes, surtout des enfants, meurent de morsures de cobra. Il est évident que si de pareils accidents survenaient en Europe à cette échelle, les animaux responsables seraient tous exterminés. En Inde, le cobra est un animal royal, et même divin. Il figure dans l'iconographie bouddhiste et hindoue. Dans les campagnes, aujourd'hui encore, les paysans placent devant le trou où vit le cobra une coupelle de lait, pas seulement comme nourriture, comme une véritable offrande. Et lorsqu'ils croisent dans un champ un cobra, ils font l'anjali (le geste des deux mains jointes à la hauteur de la poitrine en guise de salutation) et passent leur chemin. Ils ont vu l'animal de Shiva.

 

Agora - Vous citez beaucoup de faits et de chiffres dans La Haine de la nature. Les sciences humaines pourraient-elles à votre avis constituer un espoir de levier pour infléchir la tendance actuelle de destruction de la nature ?

 

C. Godin : Il est évident que l'écologie scientifique a beaucoup agi pour faire prendre conscience au monde entier des faits et des problèmes relatifs à l'environnement. Amartya Sen dit que l'économie est une science humaine. L'écologie, selon moi, devrait être considérée comme une science humaine.

La connaissance augmente la conscience, et c'est pourquoi elle doit être cultivée, dans tous les domaines. Mais il convient aussi de se rendre compte que les sciences humaines (que je prends ici au sens strict : l'histoire, l’anthropologie, la sociologie...) ne vont pas forcément développer une attitude de respect à l'égard de l'environnement.

Mais il y a plus inquiétant et plus grave encore. Jean-Pierre Dupuy a analysé dans plusieurs de ses ouvrages ce paradoxe : nous ne croyons pas ce que nous savons. Par exemple, nous savons tous, à titre individuel, que nous allons mourir, et pourtant, foncièrement, nous n'y croyons pas. Les désastres environnementaux sont objets de déni, quand ce n'est pas d'amnésie. Et si, comme c'est envisageable, la crise économique s'aggrave dans les pays occidentaux, alors la défense de la nature apparaîtra comme une sorte de luxe inutile. Donc, que ce soit en période de croissance économique, ou en période de crise, l'environnement est oublié. À moins d'une révolution civilisationnelle dont on ne voit pas d'où elle pourrait venir, le seul motif d'espoir pour le court terme vient de l'action et du comportement de ces millions de bénévoles qui, à l'humble échelle locale qui est la leur, montrent que l'on peut vivre d'une vie authentiquement humaine sans tout ravager dans son sillage."

Merci pour cet entretien qui donne à méditer...

 

Christian Godin : La question comporte plusieurs couches de sens.

La réalité de la haine de la culture, que l'on peut percevoir à travers plusieurs signes comme l'effondrement du prestige de l'institution scolaire ou la crise du livre et de la librairie est, me semble-t-il, beaucoup mieux connue que la haine de la nature - laquelle est l'objet d'un déni spécifique.

Par ailleurs, les défenseurs de la protection de la nature sont l'objet d'un soupçon récurrent : celui de détester la culture. Le stéréotype « ami des animaux » égale « ennemi des hommes » est régulièrement utilisé. On est même allé jusqu'à inventer une prétendue « technophobie », destinée, comme tous les termes en « phobie », à couper court à toute critique.

En fait, l'opposition nature/culture ne fonctionne pas à tous les niveaux. Il y a aujourd'hui une communauté de destin entre les deux, et c'est pourquoi, si l'on définit les progrès scientifiques, techniques et économiques comme modernes, nous pouvons dire que nous sommes passés à un âge postmoderne.

Ce qui définit la haine, c'est le désir de destruction, pas forcément conscient. Qui ne voit qu'aujourd'hui la nature et la culture sont prises dans une même tourmente, qu’elles sont menacées par une même barbarie ? Et c'est pourquoi la défense de la nature trouve ses sources dans les meilleures traditions de la culture.

Les sociétés occidentales actuelles, à la différence des sociétés anciennes, vivent dans un « polythéisme des valeurs », pour reprendre l'expression de Max Weber. On y trouve à peu près tout. Cela dit, les valeurs dominantes (utilité, efficacité, vitesse, précision, performance etc.) sont toutes des valeurs techno-économiques. Et c'est au nom de ces valeurs qu’une guerre impitoyable est faite au milieu naturel.

 

Agora - Que vous ont apporté les deux années de séjour et de travail en Afrique, dans votre cheminement philosophique, en particulier sur l'expression « sous-développement » imposée au sortir de la Seconde Guerre mondiale par les Américains ?

 

C. Godin - Il est toujours difficile de savoir en quoi a consisté une expérience existentielle. Les rencontres que j'ai pu faire au Cameroun m'ont évidemment marqué. J'ai très rarement eu par la suite l'occasion d'avoir des conversations de plusieurs heures avec des gens qui n'avaient ni les mêmes idées, ni les mêmes croyances, ni les mêmes habitudes que moi. J'étais dans une période d'entre-deux, mes études étaient achevées et ma vie professionnelle n'avait pas commencé. Le monde du travail et les cercles d'amis et de connaissances ne vous mettent en relation qu’avec des pairs.

Le discours de Truman en 1948, où pour la première fois la plus grande partie du monde était qualifiée de « sous-développée » a représenté en effet, sous couvert des bonnes intentions de l'aide internationale, une grande violence symbolique. Il signifiait une formidable simplification de l’Histoire - ce que désormais nous appelons « mondialisation ».

Mais ce discours était aussi un constat : désormais, pour le monde entier, le seul impératif qui pourra donner sens à la collectivité humaine est le développement économique. De fait, en 1948, l'Union soviétique qui représentait un violent contre-modèle, poursuivait les mêmes objectifs que le monde occidental. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la guerre entre eux n'a été que froide.

L'une des clés du triomphe du système capitaliste à l'échelle mondiale est d'avoir su gagner à lui l'imaginaire des hommes. Aujourd'hui, aucun gouvernement n'oserait aller contre le désir d'enrichissement personnel et de consommation matérielle maximale. Les cultures traditionnelles qui reposaient sur des valeurs opposées sont moribondes, lorsqu'elles ne sont pas mortes.

 

Agora - « Paradoxalement mais significativement, la haine de la nature a été d'autant plus forte que celle-ci se montrait généreuse et bienveillante envers les hommes (…). Là où, à l'inverse, les hommes auraient eu toutes les raisons de maudire ce qui rendait si difficile leur existence, ils ont développé vis-à-vis de la nature des sentiments profonds de vénération et de respect » (La Haine de la nature, p.18) À quelles régions du monde et à quelles cultures pensez-vous ?

 

C. Godin - Si la civilisation moderne est née en Europe, cela est en grande partie dû à un ensemble de facteurs climatiques et biogéographiques (climats tempérés, sols riches propices à la culture de la terre, présence d'animaux de trait etc.). La grande majorité des sociétés humaines ont vécu dans des conditions naturelles extrêmement difficiles qui ont rendu pratiquement impossible ce que Marx appelait l'accumulation primitive du capital. Certes, il ne faut pas négliger les facteurs psychologiques et idéologiques, mais la domination de l'Occident sur le monde, me semble-t-il, vient, comme l'ont montré les travaux de Jared Diamond, des conditions environnementales.

L'attitude de vénération vis-à-vis de la nature a diminué (jusqu'à disparaître) à mesure que la puissance technique et économique accordait à l'être humain une domination sans partage. En revanche, là où la nature est considérée comme supérieure, elle est à la fois crainte et vénérée. Le phénomène est partout observable.

Cela dit, n'allons pas imaginer que les sociétés traditionnelles ont toujours respecté et préservé leur environnement. On sait aujourd'hui que l'effondrement de la grande civilisation maya est le résultat d'un désastre écologique. Vous évoquiez l'Afrique tout à l'heure. Un jour on a cru m'honorer beaucoup en me servant du singe à manger. La main, m'a-t-on même précisé, est la partie la plus délectable. Je n'ai pas remarqué parmi mes hôtes de réactions d'indignation. Aujourd'hui, c'est dans les pays où les coutumes traditionnelles ont encore un reste de vivacité que l'environnement est le plus ravagé. Les réserves naturelles n'arrêtent pas la cupidité des hommes - les éléphants y sont massacrés par milliers.

Pour revenir à votre question, j'évoquerai un exemple de vénération à l'égard de la nature. En Inde, chaque année, des dizaines, peut-être des centaines de personnes, surtout des enfants, meurent de morsures de cobra. Il est évident que si de pareils accidents survenaient en Europe à cette échelle, les animaux responsables seraient tous exterminés. En Inde, le cobra est un animal royal, et même divin. Il figure dans l'iconographie bouddhiste et hindoue. Dans les campagnes, aujourd'hui encore, les paysans placent devant le trou où vit le cobra une coupelle de lait, pas seulement comme nourriture, comme une véritable offrande. Et lorsqu'ils croisent dans un champ un cobra, ils font l'anjali (le geste des deux mains jointes à la hauteur de la poitrine en guise de salutation) et passent leur chemin. Ils ont vu l'animal de Shiva.

 

Agora - Vous citez beaucoup de faits et de chiffres dans La Haine de la nature. Les sciences humaines pourraient-elles à votre avis constituer un espoir de levier pour infléchir la tendance actuelle de destruction de la nature ?

 

C. Godin : Il est évident que l'écologie scientifique a beaucoup agi pour faire prendre conscience au monde entier des faits et des problèmes relatifs à l'environnement. Amartya Sen dit que l'économie est une science humaine. L'écologie, selon moi, devrait être considérée comme une science humaine.

La connaissance augmente la conscience, et c'est pourquoi elle doit être cultivée, dans tous les domaines. Mais il convient aussi de se rendre compte que les sciences humaines (que je prends ici au sens strict : l'histoire, l’anthropologie, la sociologie...) ne vont pas forcément développer une attitude de respect à l'égard de l'environnement.

Mais il y a plus inquiétant et plus grave encore. Jean-Pierre Dupuy a analysé dans plusieurs de ses ouvrages ce paradoxe : nous ne croyons pas ce que nous savons. Par exemple, nous savons tous, à titre individuel, que nous allons mourir, et pourtant, foncièrement, nous n'y croyons pas. Les désastres environnementaux sont objets de déni, quand ce n'est pas d'amnésie. Et si, comme c'est envisageable, la crise économique s'aggrave dans les pays occidentaux, alors la défense de la nature apparaîtra comme une sorte de luxe inutile. Donc, que ce soit en période de croissance économique, ou en période de crise, l'environnement est oublié. À moins d'une révolution civilisationnelle dont on ne voit pas d'où elle pourrait venir, le seul motif d'espoir pour le court terme vient de l'action et du comportement de ces millions de bénévoles qui, à l'humble échelle locale qui est la leur, montrent que l'on peut vivre d'une vie authentiquement humaine sans tout ravager dans son sillage."

Merci pour cet entretien qui donne à méditer...

à couper court à toute critique.

En fait, l'opposition nature/culture ne fonctionne pas à tous les niveaux. Il y a aujourd'hui une communauté de destin entre les deux, et c'est pourquoi, si l'on définit les progrès scientifiques, techniques et économiques comme modernes, nous pouvons dire que nous sommes passés à un âge postmoderne.

Ce qui définit la haine, c'est le désir de destruction, pas forcément conscient. Qui ne voit qu'aujourd'hui la nature et la culture sont prises dans une même tourmente, qu’elles sont menacées par une même barbarie ? Et c'est pourquoi la défense de la nature trouve ses sources dans les meilleures traditions de la culture.

Les sociétés occidentales actuelles, à la différence des sociétés anciennes, vivent dans un « polythéisme des valeurs », pour reprendre l'expression de Max Weber. On y trouve à peu près tout. Cela dit, les valeurs dominantes (utilité, efficacité, vitesse, précision, performance etc.) sont toutes des valeurs techno-économiques. Et c'est au nom de ces valeurs qu’une guerre impitoyable est faite au milieu naturel.

 

Agora - Que vous ont apporté les deux années de séjour et de travail en Afrique, dans votre cheminement philosophique, en particulier sur l'expression « sous-développement » imposée au sortir de la Seconde Guerre mondiale par les Américains ?

 

C. Godin - Il est toujours difficile de savoir en quoi a consisté une expérience existentielle. Les rencontres que j'ai pu faire au Cameroun m'ont évidemment marqué. J'ai très rarement eu par la suite l'occasion d'avoir des conversations de plusieurs heures avec des gens qui n'avaient ni les mêmes idées, ni les mêmes croyances, ni les mêmes habitudes que moi. J'étais dans une période d'entre-deux, mes études étaient achevées et ma vie professionnelle n'avait pas commencé. Le monde du travail et les cercles d'amis et de connaissances ne vous mettent en relation qu’avec des pairs.

Le discours de Truman en 1948, où pour la première fois la plus grande partie du monde était qualifiée de « sous-développée » a représenté en effet, sous couvert des bonnes intentions de l'aide internationale, une grande violence symbolique. Il signifiait une formidable simplification de l’Histoire - ce que désormais nous appelons « mondialisation ».

Mais ce discours était aussi un constat : désormais, pour le monde entier, le seul impératif qui pourra donner sens à la collectivité humaine est le développement économique. De fait, en 1948, l'Union soviétique qui représentait un violent contre-modèle, poursuivait les mêmes objectifs que le monde occidental. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la guerre entre eux n'a été que froide.

L'une des clés du triomphe du système capitaliste à l'échelle mondiale est d'avoir su gagner à lui l'imaginaire des hommes. Aujourd'hui, aucun gouvernement n'oserait aller contre le désir d'enrichissement personnel et de consommation matérielle maximale. Les cultures traditionnelles qui reposaient sur des valeurs opposées sont moribondes, lorsqu'elles ne sont pas mortes.

 

Agora - « Paradoxalement mais significativement, la haine de la nature a été d'autant plus forte que celle-ci se montrait généreuse et bienveillante envers les hommes (…). Là où, à l'inverse, les hommes auraient eu toutes les raisons de maudire ce qui rendait si difficile leur existence, ils ont développé vis-à-vis de la nature des sentiments profonds de vénération et de respect » (La Haine de la nature, p.18) À quelles régions du monde et à quelles cultures pensez-vous ?

 

C. Godin - Si la civilisation moderne est née en Europe, cela est en grande partie dû à un ensemble de facteurs climatiques et biogéographiques (climats tempérés, sols riches propices à la culture de la terre, présence d'animaux de trait etc.). La grande majorité des sociétés humaines ont vécu dans des conditions naturelles extrêmement difficiles qui ont rendu pratiquement impossible ce que Marx appelait l'accumulation primitive du capital. Certes, il ne faut pas négliger les facteurs psychologiques et idéologiques, mais la domination de l'Occident sur le monde, me semble-t-il, vient, comme l'ont montré les travaux de Jared Diamond, des conditions environnementales.

L'attitude de vénération vis-à-vis de la nature a diminué (jusqu'à disparaître) à mesure que la puissance technique et économique accordait à l'être humain une domination sans partage. En revanche, là où la nature est considérée comme supérieure, elle est à la fois crainte et vénérée. Le phénomène est partout observable.

Cela dit, n'allons pas imaginer que les sociétés traditionnelles ont toujours respecté et préservé leur environnement. On sait aujourd'hui que l'effondrement de la grande civilisation maya est le résultat d'un désastre écologique. Vous évoquiez l'Afrique tout à l'heure. Un jour on a cru m'honorer beaucoup en me servant du singe à manger. La main, m'a-t-on même précisé, est la partie la plus délectable. Je n'ai pas remarqué parmi mes hôtes de réactions d'indignation. Aujourd'hui, c'est dans les pays où les coutumes traditionnelles ont encore un reste de vivacité que l'environnement est le plus ravagé. Les réserves naturelles n'arrêtent pas la cupidité des hommes - les éléphants y sont massacrés par milliers.

Pour revenir à votre question, j'évoquerai un exemple de vénération à l'égard de la nature. En Inde, chaque année, des dizaines, peut-être des centaines de personnes, surtout des enfants, meurent de morsures de cobra. Il est évident que si de pareils accidents survenaient en Europe à cette échelle, les animaux responsables seraient tous exterminés. En Inde, le cobra est un animal royal, et même divin. Il figure dans l'iconographie bouddhiste et hindoue. Dans les campagnes, aujourd'hui encore, les paysans placent devant le trou où vit le cobra une coupelle de lait, pas seulement comme nourriture, comme une véritable offrande. Et lorsqu'ils croisent dans un champ un cobra, ils font l'anjali (le geste des deux mains jointes à la hauteur de la poitrine en guise de salutation) et passent leur chemin. Ils ont vu l'animal de Shiva.

 

Agora - Vous citez beaucoup de faits et de chiffres dans La Haine de la nature. Les sciences humaines pourraient-elles à votre avis constituer un espoir de levier pour infléchir la tendance actuelle de destruction de la nature ?

 

C. Godin : Il est évident que l'écologie scientifique a beaucoup agi pour faire prendre conscience au monde entier des faits et des problèmes relatifs à l'environnement. Amartya Sen dit que l'économie est une science humaine. L'écologie, selon moi, devrait être considérée comme une science humaine.

La connaissance augmente la conscience, et c'est pourquoi elle doit être cultivée, dans tous les domaines. Mais il convient aussi de se rendre compte que les sciences humaines (que je prends ici au sens strict : l'histoire, l’anthropologie, la sociologie...) ne vont pas forcément développer une attitude de respect à l'égard de l'environnement.

Mais il y a plus inquiétant et plus grave encore. Jean-Pierre Dupuy a analysé dans plusieurs de ses ouvrages ce paradoxe : nous ne croyons pas ce que nous savons. Par exemple, nous savons tous, à titre individuel, que nous allons mourir, et pourtant, foncièrement, nous n'y croyons pas. Les désastres environnementaux sont objets de déni, quand ce n'est pas d'amnésie. Et si, comme c'est envisageable, la crise économique s'aggrave dans les pays occidentaux, alors la défense de la nature apparaîtra comme une sorte de luxe inutile. Donc, que ce soit en période de croissance économique, ou en période de crise, l'environnement est oublié. À moins d'une révolution civilisationnelle dont on ne voit pas d'où elle pourrait venir, le seul motif d'espoir pour le court terme vient de l'action et du comportement de ces millions de bénévoles qui, à l'humble échelle locale qui est la leur, montrent que l'on peut vivre d'une vie authentiquement humaine sans tout ravager dans son sillage."

Merci pour cet entretien qui donne à méditer...

ter...

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 15:26

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.cantalpassion.com/images2006raymond/gorges_cere_sentier_forestier.jpg&sa=X&ei=sXCaULTcOsfY0QXPnYCABw&ved=0CAkQ8wc4MQ&usg=AFQjCNEGey4NZKFi84HjSXCaOoKRnY9_Vg

Je dois avouer que ce que dit cette personne est vraiment très fort ..( Il s'agit de Tony Parsons )

 

 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 18:33

"...Mon chemin n'est pas votre chemin. Je ne peux donc pas vous instruire. Le chemin est en nous, mais pas dans les dieux, ni dans les doctrines, ni dans les lois. C'est en nous qu'est le chemin, la vérité et la vie. Malheur à ceux qui vivent selon des modèles ! La vie n'est pas avec eux. Si vous vivez selon un modèle, vous vivez la vie d'un modèle, mais qui vivra votre vie sinon vous-mêmes. Donc vivez-vous vous-mêmes... Que chacun suive son propre chemin..."


Jung : Extrait tiré du chapitre "La voie de l'à-venir" p.231 (Le Livre Rouge)

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://krapooarboricole.files.wordpress.com/2009/10/un-petit-chemin-du-lot.jpg&sa=X&ei=rBaIUMeiMqO10QWM7YDgBQ&ved=0CAoQ8wc4gQM&usg=AFQjCNG-UaorsRWWrWrMq0a9Zm4TOhHhmA

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 10:08

Je tiens à travers ce beau texte de Pascal Ruga à rendre hommage à ce merveilleux poète que j'ai eu la chance de rencontrer en Suisse dans ma jeunesse grâce à Robert Linssen dont il était l'ami .

 

 

 

 

LIEN : link 

 

http://www.revue3emillenaire.com/blog/wp-content/uploads/2011/06/Ruga-Khan.gif

 

EN GUISE D’INTRODUCTION

 

Aux quelques amis et amies qui peuvent encore se soucier du bonhomme qui écrit ces lignes, je dis : Vieillir, c’est peut-être entrer en Eternité. Ceci peut paraître présomptueux, je ne le dirais pas si je ne le sentais avec l’à-propos de mes 80 ans. Cela se manifeste par un détachement plus accentué de ce monde, de ce siècle en fin de parcours, de toutes les poussées médiatiques qui prenaient de plus en plus place dans un débordement de sons, de couleurs, d’images, d’actualisations de toutes sortes.

 

Pour la grande majorité des hommes, l’au-delà ne devient qu’un désir de survie, le présent n’est plus qu’une continuelle poursuite des envies les plus pugnatives, et vivre en société en devient coriace d’agitations artificielles où le problème de chacun est de se mettre devant celui qui le précède… Bien heureusement le sourire d’un petit enfant est toujours là pour nous faire voir l’autre face de toutes ces misères. La Beauté existe, et l’Esprit d’où elle est née aussi.

 

Cependant, je m’éloigne de ces dualités, je me conforte très spontanément en une équanime valeur d’être où la réalité continue son aventure existentielle sans que je ne sois trop conditionné par ses multiples aléas. Il ne s’agit pas de nier ces dualités, elles continuent de s’agiter de mille manières sans que je ne m’identifie à elles. Je suis l’inconnu que je suis sans m’attacher, ou être attaché par mon extérieur… Oui, appelons-le donc ainsi. Les mots ne sont qu’un jeu, si je joue encore avec eux, c’est que mon humanitude se déplace au gré de la Nature Propre qui m’habite et m’enlève aux mille dualités dont il est question ci-dessus.

 

Voilà ce que j’entends par : « peut-être que vieillir c’est entrer en Eternité ». Ne faudrait-il pas alors remettre en question la valeur temps, ne plus nous arrêter à ce « vieillir » si naturel dans son évocation ? Pourtant il y a l’évidence de ce corps grinçant de plus en plus… Nous ne devons pas en tenir compte, il appartient au monde des phénomènes, dont la mort, si inéluctable qu’elle puisse paraître, nous donne un autre exemple. La notion de temps divise cette Unité qui en nous n’a guère besoin de s’affirmer, tant l’illimitée richesse de SA VISION n’est dotée d’aucune frontière. A nous de savoir recevoir CELA sans nous en prévaloir, CELA d’avant la perception… le « non-né » bouddhique, c’est une très très vieille histoire…

 

VIEILLIR, C’EST ENTRER EN ETERNITE

 

A première vue nous avons vieilli inexorablement, mais cette MOTIVATION qui survole constamment le mouvement et la forme, Elle, ne peut vieillir, Elle se maintient hors des souffrances de cet univers qui obéit aux nécessités de cette matière dont nous sommes l’une des incarnations. Ne devons-nous pas tenter de moins souffrir dans cette « Vallée du Carnage » comme l’appelait le prophète Jérémie ? Vivre au-dessus, hors des horreurs de notre histoire, ce qui ne veut pas dire indifférence, mais accomplissement d’une complémentarité qui nous unisse à CELA. Vieillir c’est entrer en Eternité. Mais attention, MOTIVATION N’EST PAS DESIR, et hors de tous les âges, nous sommes toujours en mesure de recevoir l’ABSOLU, il suffit de s’y abandonner, d’entrer en cette Eternité qui compose secrètement notre Réalité. Tout à coup nous arrêtons le pendule de nos actions, nous savons que nous allons dans le sens d’une aventure dépassée, il ne s’agit plus d’atteindre ou de ne pas atteindre à une Réalisation… Toute personnalisation a disparu. Nous sommes au cœur d’un silence sacral où règne l’ACTE D’AMOUR. En cet ABSOLU il n’y a ni commencement ni fin, vivre n’est que le déplacement d’une tangente, et c’est en CELA que l’univers est perçu.

 

JE NE DANSE PLUS LA TERRE

 

Perdurer n’est que l’effort des faibles, rien n’est à suivre dans le déroulement horaire de ces temps qui se suivent et ne se ressemblent que trop. Au plus intime de l’âme s’ouvrent les corolles éblouissantes de ce qui semblerait n’avoir jamais connu le jour ou la nuit. Une harpe de la nouvelle connaissance attend les doigts d’un ange de l’ailleurs au-dessus des cercueils de l’Inéluctable. Nous n’avons plus à choisir un paysage qui nous convienne, d’autres soleils confirment les surprises de l’Inconnu. Je ne danse plus la terre, du moins elle n’est plus la seule parmi les trillions d’autres mondes dont nous faisons partie. En cet « Ailleurs qui m’appelle et me propose le désintéressement d’un corps parvenu à terme, je me purifie de la suffisance de l’être. VIVRE ENFIN LE SILENCE ET L’IMMOBILE VIRGINITE DE L’ESPRIT.

 

AIMER EST LE VRAI REPOS DE L’AME

 

Il semblerait que rien n’est plus marquant que de perdre ses dents, plus altérant que de compter ses ans parvenus à vieillesse, le feu et la bougie voudraient chanter la complainte de la fin, mais nous avons des yeux pour voir que sans cesse les formes s’épuisent et renaissent autour de nous, et ainsi, à longueur de temps l’on s’expose. Il s’agirait de ne pas recommencer à décrire le ballet de cette Réalité qui nous consume comme un vieux cancer, ne plus retomber dans le délit des écritures, ou d’en restreindre la portée, de savoir qu’à l’instant où tout semblerait avoir été dit, l’Esprit est toujours Présent, vierge de toutes choses, qu’au-delà de l’essoufflement de notre corps la ferme transcendance de ce qui EST nous tient en une contemplation que ne ternit aucun désir. AIMER EST LE VRAI REPOS DE L’AME. Aimer les autres surtout, car s’aimer… est une clownerie qui déclenche le rire de tonnerre de tous les dieux et les diables réunis…

 

PASCAL RUGA

 

Le poète suisse Pascal Ruga était l’auteur de nombreux essais, tous inspirés d’une fervente communion spirituelle avec la Nature.

Nous signalons ici les titres de ses principaux ouvrages (1988) :

 

« POEMES ». Avec la collaboration de Jean Hercourt et de Claude Aubert (Ed. de l’Arène, Genève, Suisse, 1943).

« AU TEMPS DES ANGES ». Essai autobiographique sur la prime enfance (Ed. « Etre Libre », Bruxelles, 1964).

« IL Y A TOUJOURS UNE AUBE ». Poèmes (Ed. de la Salamandre, Paris, 1967).

« AUX SOURCES DU PRESENT ». Poèmes, dessin de Jan Abiénistes (Ed. La Grisière, Paris, 1971).

« LE TEMPS D’UN SILENCE ». Poèmes (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1973).

« HORS DU TEMPS ». Méditations et poèmes (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1975).

« AU TEMPS DES ANGES ». Essai autobiographique sur la prime-enfance. Deuxième édition avec une lettre-préface d’Alfred Perlés (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1976).

« MURIR SON ETERNITE ». Poèmes et méditations (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1978).

« AUX SOURCES DE L’INVISIBLE ». Récits issus d’une autobiographie de l’esprit. Préface de Maurice Schneuwly (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1979).

« OFFRANDE DE LA SOLITUDE ». Contes, méditations et poèmes (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1983). Prix de la ville de Velvet, Académie des Arts et des Lettres du Périgord, 1984.

« LES DIEUX SE CACHENT ». Témoignage d’un enfant. Genève-Lyon, 1913-1918 (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1984). Préface de Michel H. Favre.

« MOURIR A SON ENFANCE ». Témoignage d’un écolier de Genève, 1918-1924 (Ed. « Aux Sources du Présent », Genève, 1985).

« O ETERNITE ! ». Méditations et poèmes (Ed. Aquarius, Genève, 1987).

 

 

Autre texte de Pascal Ruga en ligne : link

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.revue3emillenaire.com/blog/wp-content/uploads/2011/02/LostFile_Gif_2864353.gif&sa=X&ei=fD11UK-zN-eR0QWLgoGYDQ&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNE66eiY6LZHo_a_NX-_Y_jM19874g

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 14:46

LIEN : link

 

http://referentiel.nouvelobs.com/file/4473357.jpg

 

En France, on présente le penseur écologiste comme un khmer vert, un anti-humaniste en croisade contre le progrès. Près de vingt ans après sa mort, il serait temps de le relire plus sérieusement. Par Bérengère Hurand, professeur de philosophie.

Décidément, les Français ont un problème avec Hans Jonas (1903-1993). C’est vrai que «le Principe Responsabilité», c’est écrit tout petit ; mais quand on constate que, presque vingt ans après sa mort, et vingt-deux ans après la traduction française (et tardive) de son livre majeur, le philosophe allemand, élève d’Husserl et d’Heidegger, reçoit encore les mêmes critiques, il prend l’envie de mettre l’écologie au programme de philosophie des classes terminales – à défaut de la voir figurer au programme du gouvernement.

Pour preuve, le billet caricatural de Roger-Pol Droit, dans «le Monde» du 23 août, à l’occasion de la sortie simultanée de deux livres: d’une part l’excellent ouvrage d’Eric Pommier, «Hans Jonas et le Principe Responsabilité» ; d’autre part, la traduction de textes inédits de Jonas sur «l’Art médical et la responsabilité humaine».

On aurait pu profiter de cette double parution pour rattraper un peu le retard du monde intellectuel français dans l’étude de cette philosophie magistrale. On aurait pu, comme le font les Allemands, les Américains ou les Canadiens, réfléchir sur la démesure de la puissance technique qui exigeait, selon Jonas, de définir les termes d’une responsabilité inédite à l’égard d’une nature devenue vulnérable.

On aurait pu tenter de défendre la liberté humaine, toujours plus menacée par l’aliénation à la technique dont le progrès est trop souvent conçu comme un destin, y compris en matière médicale. On aurait pu, comme le fait Pommier dans son petit essai, évaluer le rapport de continuité que Jonas établit entre le respect de l’homme et le respect de la vie, bonne en elle-même et «en tant qu’elle héberge la possibilité de l’esprit».

Mais non ; vingt ans après, le «biocentrisme» de Jonas est toujours une hérésie aux yeux des humanistes qui bredouillent leur vieux catéchisme: ne pas confondre les faits et les fins, dans la nature il n’y a pas d’intention, pas de volonté, pas de vérité, donc pas de valeur. Et si l’homme a de la dignité, c’est qu’il est le seul à se donner des fins qui dépassent sa vie biologique; à se penser «en avant», «au-dessus» de lui-même; et à inventer la morale.

On aurait pu, à la rigueur, revenir sur l’accueil pour le moins mitigé qu’avait reçu le «Principe responsabilité» en 1993, au moment de sa traduction en France. Luc Ferry par exemple, dans «le Nouvel ordre écologique», n’hésitait pas alors à soupçonner Jonas de nostalgie pour le régime stalinien.

Il lui reprochait, au fond, ce qui reste l’invention majeure du «Principe responsabilité»: «l’heuristique de la peur», c’est-à-dire l’idée que la peur de nous-mêmes et des effets de nos inventions techniques, même exagérée, est la seule manière de freiner l’emballement du progrès vers le pire (se souvenir d’Hiroshima pour éviter Fukushima). Bernard Sève, à l’époque, avait sourcillé: l’exagération du risque ne peut que paralyser; et l’hypertrophie de la menace promet de faire de nous des bêtes effrayées, prêtes à s’en remettre au premier Guide venu.

Mais non ; vingt ans après, et comme s’il ne s’était rien passé depuis, Jonas est toujours accusé par Roger-Pol Droit de flatter notre penchant morbide pour la catastrophe, en nous faisant oublier que c’est du risque lui-même que nous tirons notre humanité. Et Droit de développer cet argument décisif: si «les humanoïdes» avaient appliqué le principe de précaution, s’ils avaient imaginé les incendies des villes et les fours crématoires, ils n’auraient pas domestiqué le feu, et l’homme ne serait pas devenu l’homme.

Antihumaniste, Hans Jonas ? Khmer vert, affreux biocentriste ? Pas tout à fait; car de l’autre côté, le spécialiste de l’éthique environnementale Hicham-Stéphane Afeissa estime (Nonfiction, 31 août 2012) que Jonas n’a pratiquement rien changé à la morale traditionnelle.

En refusant le «transhumanisme» et en insistant sur notre responsabilité à l’égard de la perpétuation d’une «humanité authentique», il ferait preuve d’un conservatisme assez classique.

Chez lui, ce serait, davantage que la nature, cette image indépassable et figée de l’humanité qui est objet de soin et de devoir moral ; l’évolution naturelle étant un simple moyen pour la fin ultime qu’est l’homme, un escalier vers la perfection. Le biocentrisme de Jonas supposé par Pommier cacherait donc, en fait, un authentique anthropocentrisme.

Tout bêtement kantien, Hans Jonas ? Pourtant, comme l’écrit Pommier, ce n’est peut-être qu’«en accordant une valeur à la nature» qu’on peut «en accorder une à notre humanité». On ne saurait trop recommander aux lecteurs de se faire eux-mêmes une idée sur la question.

Bérengère Hurand

A LIRE SUR LE SUJET

Eric Pommier, Hans Jonas et le Principe Responsabilité, puf, août 2012.
Hans Jonas, L’art médical et la responsabilité humaine, traduction inédite d’Eric Pommier, Cerf, août 2012.
Bernard Sève (in G. Hottois, Aux fondements d’une éthique contemporaine, Vrin 1993)
Luc Ferry (Le nouvel ordre écologique, 1992)
Roger-Pol Droit (Le Monde, 23 août 2012)
Hicham-Stéphane Afeissa (Nonfiction, 31 août 2012)

 

http://img.over-blog.com/630x470-000000/0/08/08/92//animaux/tigre.jpg

 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 17:01

ORIGINE DE L 'ARTICLE : LIEN : link   

 

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.drapeaux-nationaux.fr/media/flags/flagge-indien.gif&sa=X&ei=K31kUPzyKIOi0QWh84CoAw&ved=0CAkQ8wc4Fw&usg=AFQjCNFac2-w9a9-uMtdNAJ4UasktD3Qdg

 

En Inde, prétendue terre de spiritualité, une armée de prolétaires athées s'oppose à la plus grande « démocratie » du monde. En effet, l'armée populaire, fondée par des paysans maoïstes, lutte contre le pouvoir capitaliste de Delhi qui dépouille les villageois de leurs ressources naturelles.

En Inde, les paysans endoctrinés par les prêtres étaient résignés quand on les spoliait. "C'est votre karma !" leur disait-on. A la fin des années 60, un vent venu de Chine maoïste balaya les superstitions et les dogmes religieux qui font si bien le jeu des exploiteurs.

La rébellion indienne s'est répandue dans la plupart des États de l'Inde, en particulier le long d'un « corridor rouge » couvrant le Jharkhand, le Bengale occidental, l'Orissa, le Bihar, le Chhattisgarh, l'Andhra pradesh.

Les médias se gardent bien d'évoquer la lutte armée du peuple indien contre le capitalisme, cela pourrait donner des idées aux populations occidentales qui subissent la crise et la rigueur pendant que les riches continuent à s'enrichir sans complexe.

Faut-il soutenir la jacquerie du peuple indien ?

"Depuis le soulèvement de Naxalbari en 1972, la Guerre Populairedirigée par les forces maoïstes n'a pas cessé. Depuis 2004, elle connaît même un nouveau développementavec la création du Parti Communiste d'Inde (maoïste), fruit de l'union des principaux groupes maoïstes. Aujourd'hui, l'Armée Populaire de Libération dirigée par le PCI est présente sur un tiers du territoire indien, ce qui a permis dans certaines régions de développer la démocratie nouvelle. Dans ces zones libérées par les révolutionnaires, les problèmes ne sont pas posées en terme de garantir les profits des multinationales, des propriétaires terriens et des intermédiaires mais plutôt de garantir une amélioration des conditions de vie:

- mise en place de centres de santé (le taux de mortalité infantile est près de 13 fois supérieur à celui de la France),

- développement d'une éducationaccessible à toutes et tous(26% d'analphabètes — 18% pour les hommes et 35% pour les femmes),

- construction de canaux d'irrigation pour améliorer l'indépendance alimentaire (en 2000, 70% de la population en dessous du seuil de pauvreté calorique),

- garantie de l'accès à la terre (le système semi-féodal est toujours en cours),

- préservation de l'environnement(pollution des sols par les compagnies minières, assèchement des eaux par les usines comme Coca-Cola, cultures OGM de coton improductives, construction d'un réacteur nucléaire par Areva sur une zone sismique),

- abolition des castes (plus de 6200 crimes et délits contre les intouchables),

- égalité hommes/femmes,

- etc.

Plutôt présent dans les zones rurale ; les révolutionnaires se sont fermement opposés à l'accaparement des terres et des ressources par les grandes sociétés multinationales minières (à Singur, Nandigram et Lalgarh notamment) conduisant à l'appauvrissement des populations locales et à la destruction de l'environnement dont elles tirent leur subsistance.

Suite à cette résistance légitime, l’État indien a décidé en 2009 de lancer une offensive contre sa propre population : l'opération « Green Hunt ». Plus de 100 000 soldats et paramilitaires ont donc été envoyés dans les zones contrôlées par les maoïstes. De nombreux rapports issus de personnalités et d'organismes divers mettent aujourd'hui en avant les tortures, massacres et disparitions commises par les forces armées gouvernementales.

Une partie des intellectuels, des pacifistes, soutient ou sympathise avec les maoïstes et proteste contre les assassinats de dirigeants, de militants et dénoncent les exactions, massacres, viols exercés contre les civils par l'armée indienne. L'influence des révolutionnaires dans les villes commence à grandir.

Cette année 2012 a été témoin d'une augmentation de la colère des masses indiennes : plus grosse grève générale de l'histoire en février, soulèvement dans l'usine Suzuki et Regency KC,...

Pays émergent de plus d'un milliard d'habitant; l'Inde a des visées impérialistes en Afrique, comme la Russie, la Chine et le Brésil. D'un autre côté, elle facilite grandement l'implantation des sociétés multinationales en créant des Zones Économiques Spéciales où le droit du travail est modifié et où les terres, l'eau et l'électricité sont très peu cher voire gratuit. Les répercussions sont dramatiques. L'exemple le plus frappant est sûrement celui de la ruine de dizaines de milliers de paysans devenus dépendants du coton transgénique. Depuis 25 ans, 200 000 se seraient donné la mort pour échapper à la misère (8 000 suicides par an !).

L'impérialisme français n'est pas en reste puisqu'il existe une Chambre de Commerce franco-indienne de 49 conseillers et un groupe d'avocats (UGGC) spécialisé dans l'assistance aux « entreprises européennes à leurs différents stades d'intervention sur le marché indien. » En 1998, un partenariat stratégique a été établi entre la France et l'Inde autour de 3 axes : coopération nucléaire civile, coopération de défense, coopération spatiale. L'impérialisme français est en outre présent dans différents secteurs en Inde dont voici certains des principaux représentants : Dassault (armes), Thalès (aviation), Thompson (électronique), Areva (nucléaire), Total (énergie), Suez (eau), Carrefour (distribution), Danone (agroalimentaire), Lafarge (ciment), Michelin (pneus), Alstorn (ferroviaire), Geodis (transport), L'Oréal, Sodhexo,...

Les actionnaires et patrons de ces entreprises exploitent les ouvriers et travailleurs indiens, profitent des bas salaires, de manque de droits sociaux, d'avantages multiples (prix des terrains, remise d'impôts et de taxes, etc). Les mêmes patrons exploitent ici en France les ouvriers et travailleurs, licencient à tour de bras, ferment des entreprises, augmentent les cadences. Soutenir la guerre populaire est en fait soutenir ici et là-bas la lutte contre les mêmes patrons.

Nous devons prendre exemple sur les ouvriers de Michelin Clermont-Ferrand qui se sont opposés à la construction d'une usine en Inde sur les terres des paysans pauvres. Dans leur communiqué, ils affirment : « En Inde, un conflit terrible oppose un village d'Intouchables — les plus méprisés de ce pays de castes — et Michelin, notre grande transnationale du pneu. Thervoy Kandigai est un bourg du Tamil Nadu, État du sud de l'Inde. Il compte environ 1500 familles, qui vivent depuis toujours des pâturages et forêts proches de Thervoy. Tel est leur territoire, que Michelin s'apprête à détruire pour l'éternité avec cette usine. Non seulement la forêt, espace indispensable à la survie de cette population sans terre, est confisquée mais elle a déjà commencé à être détruite, risquant par la même de tarir les tacs approvisionnant les villages focaux en eau. »

Nous devons soutenir la Guerre Populaire en Inde car elle est le seul moyen par lequel les paysans et travailleurs, hommes et femmes, d'Inde pourrons trouver la voie vers une société débarrassée de l'exploitation et de l'oppression qu'ils et elles subissent tous les jours.

Nous devons condamner le rôle de l'impérialisme français en Inde en nous unissant à nos frères et sœurs de lutte.

Une réunion d'information pour préparer la Conférence Internationale de Soutien à la Guerre Populaire se tiendra à Hambourg le 24 novembre 2012.

Nous organisons un départ commun. L'hébergement se fera sur place et sera pris en charge."

Si vous ne pouvez pas venir à cette réunion, prenez contact avec le Comité de Soutien à la Révolution en Inde csrinde@yahoo.fr / http://csrinde.wordpress.com/

Source : http://csrinde.wordpress.com/

Les veines ouvertes du géant vert, un reportage d'ARTE (14 mn)

1 comment:

Anonymous said...

Vérité, conscience et action :
Jiddu Krishnamurti, un point de référence pour se libérer de tous les conditionnements mentaux.

"La conscience humaine est semblable chez tous les êtres humains. Notre conscience, que nous vivions à l'Est ou à l'Ouest, est composée de nombreuses couches de peurs, d'angoisses, de plaisirs, de peines et de toutes sortes de croyances.

Quelquefois, peut-être, dans cette conscience, il y a aussi de l'amour, de la compassion et cette compassion donne naissance à une intelligence tout à fait différente. Et constamment, il y a cette peur de finir, de mourir. De par le monde, depuis des temps immémoriaux, les humains ont essayé de découvrir s'il existe quelque chose de sacré, au-delà de la pensée, quelque chose d'incorruptible et d'intemporel.

Il existe différentes consciences de groupe, la conscience des hommes d'affaires, celle des scientifiques et celle du menuisier, elles appartiennent toutes au contenu de la conscience et sont le produit de la pensée.

La pensée a créé des choses merveilleuses, depuis l'extraordinaire technologie des ordinateurs jusqu'aux télécommunications en passant par les robots, la chirurgie et la médecine. La pensée a inventé les religions: toutes les organisations religieuses de par le monde sont créées par la pensée. (..)

Maintenant, si nous comprenons la nature de notre conscience, si nous voyons comment elle agit dans ce cycle interminable du savoir, de l'action et de la division – une conscience entretenue depuis des millénaires –, si nous voyons cette vérité que tout ceci est une forme de préjugé et que nous nous en détachons, nous introduisons un élément neuf dans l'ancien.

Cela signifie que vous, en tant qu'être humain appartenant à la conscience du reste de l'humanité, vous pouvez vous écarter du vieux schéma d'obéissance et d'acceptation. C'est le vrai tournant de votre vie. L'homme ne peut continuer à répéter l'ancien schéma, il a perdu sa signification – dans le domaine psychologique, il a complètement perdu sa signification.

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 10:35

 Je recommande ce beau documentaire sur les bonobos filmés dans leur milieu naturel . Je trouve qu'il favorise de vrais questionnements de fond sur la notion de vie en société , sur la question des rapports humains, en fait sur bien des questionnements fondamentaux !

 

4036357800_38ee78f788.jpg

 

 

 

 

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article