Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 11:22

Extrait de l 'ouvrage : Entretiens-Gallimard , page 216 .

 

..J 'étais passionné par mes études , j' avoue mème avoir été intoxiqué par le langage philosophique que je considère maintenant comme une véritable drogue . Comment ne pas se laisser griser et mystifier par l 'illusion de la profondeur qu 'il crée ? Traduit en langage ordinaire ,un texte philosophique se vide étrangement . C'est une épreuve à laquelle il faudrait les soumettre tous . La fascination qu 'exerce le langage explique à mon sens le succès de Heidegger . Manipulateur sans pareil ,il possède un véritable génie verbal qu 'il pousse cependant trop loin , il accorde au langage une importance vertigineuse. C'est précisément cet excès qui éveilla mes doutes , alors qu 'en 1932 je lisais Sein und Zeit . La vanité d'un tel exercice me sauta aux yeux . Il m ' a semblé qu 'on cherchait à me duper avec des mots . Je dois remercier Heidegger d ' ètre parvenu , par sa prodigieuse inventivité verbale , à m 'ouvrir les yeux . J 'ai vu ce qu 'il fallait à tout prix éviter .

 

Extrait du chapitre : Entretien avec Sylvie Jaudeau .

 

4862865848_37f3032282.jpg

    

Partager cet article

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article

commentaires

Oscar 06/12/2010 14:49



Cioran est ici un maître de l'ironie sarcastique et drôle, il a parfaitement raison, reprenant avec esprit les critiques féroces de Schopenhauer contre le charlatanisme et les écrans de
fumée du langage de Hegel, (voir par exemple "La logique" de ce dernier: encore pire que de Heidegger je trouve, ce qui n'est pas peu dire!) et le langage des philosophes universitaires
surtout auteurs de systèmes en général.


 


Et il n'y a pas que les philosophes, mais les critiques littéraires et autres glosateurs et exégètes qui momifient les oeuvres comme celle de Dante par exemple l'a été: Rabelais déjà pourfendait
en le raillant "le jargon sorbonnard"!


 


Songeons qu'un Barthes par exemple, après avoir écrit un seul bon livre, qui a fait sa renommée, "Le degré zéro de l'écriture", hanté sans doute par la perspective d'y sombrer, a publié des
essais comme "L'obvie et l'obtus", dont le titre à lui seul en dit long sur "l'intelligibilité" du contenu!!


 


On pourrait quasiment dire de certaines oeuvres qu'elles sont écrites spécialement pour ne pas être comprises, et "L'Etre et le Néant" du par ailleurs talentueux Sartre (compréhensible même dans
sa philosophie quand il le veut bien: cf. a contrario "L'existentialisme est un humanisme"), ne fait pas exception à la règle: voulait-il rivaliser de cuistrerie avec son initiateur Heidegger?...