Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 08:38

Tenzin Gyatso, XIVe Dalaï Lama, Prix Nobel de la Paix, chef spirituel du Tibet

Courte biographie

samedi 6 août 2011 par Rédaction , Bureau du Tibet, Paris

Né le 6 juillet 1935 dans le petit village de Taktser [1] près de Koumboum [2] au nord-est du Tibet [3], Tenzin Gyatso est reconnu comme étant la réincarnation du précédent Dalaï Lama alors qu’il n’a pas trois ans.
Il est considéré comme la manifestation terrestre de Tchenrézig, le bodhisattva de la compassion, comme l’ont été les incarnations de ses treize prédécesseurs (le premier, Gyalwa Guendune Droup, est né en 1351).
A quatre ans, Tenzin Gyatso est intronisé à Lhassa, capitale du Tibet. A six ans, il est ordonné moine et reçoit une éducation de haut niveau qui le prépare à ses fonctions religieuses et à la direction du pays.
"Dalaï" est un mot mongol signifiant océan et "Lama" l’équivalent tibétain du terme indien "Guru", qui désigne un maître spirituel. Accolés l’un à l’autre, les deux termes sont souvent traduits librement par "Océan de sagesse". Mais "Dalaï Lama" est avant tout un titre. Celui de chef spirituel, en sa qualité de figure religieuse la plus éminente du monde bouddhiste tibétain, et, jusqu’à l’entrée en vigueur d’une nouvelle Charte constitutionnelle survenue le 30 mai 2011 [4], de chef temporel du Tibet, c’est à dire de chef de l’Etat.

En 1950, lors de l’invasion du Tibet par la Chine, le peuple tibétain réclame la remise exceptionnelle des pleins pouvoirs à Tenzin Gyatso, alors adolescent.
Très vite et malgré ses efforts, il comprend qu’une entente sera difficile mais refuse toute lutte armée. Les attaques des combattants de la liberté se multiplient pourtant, suivies d’une répression sans pitié. Durant neuf années le jeune Dalaï Lama cherche une solution pacifique à la crise. Il séjournera même à Pékin, où il rencontrera Mao Zédong [5]. Mais la situation empire progressivement.
En 1959, c’est dans un climat très tendu qu’il passe avec succès son doctorat d’études bouddhistes, recevant le titre le plus élevé qui soit, celui de guéshé lharampa. Les Chinois lui tendent alors un piège en l’invitant à venir, sans escorte, à une représentation théâtrale. Craignant pour la vie de son chef, le peuple tibétain se regroupe autour de son palais d’été, le Norbulingka.
Les Chinois préparant une attaque contre la foule et un bombardement de la ville, le Dalaï Lama doit se résigner à fuir, espérant éviter ainsi un massacre... qui eut lieu malgré tout [6]. Le 17 mars 1959, à minuit, le Dalaï Lama quitte le Tibet. Le Pandit Nehru l’accueille chaleureusement en Inde et lui offre, ainsi qu’aux 80 000 Tibétains fuyant les persécutions, l’asile politique.

Aujourd’hui, lorsqu’il n’est pas en voyage pour dispenser des enseignements ou attirer l’attention du monde sur la question du Tibet, le Dalaï Lama réside à Dharamsala [7], petit village de l’Himalaya indien, où siège également l’administration centrale tibétaine en exil.

En décembre 1989, il reçoit le prix Nobel de la paix en hommage à son combat pacifique, reconnu et salué par la communauté internationale [8]. Loin d’être un utopiste, Sa Sainteté, qui connaît parfaitement les enjeux politiques et économiques internationaux, comme en témoigne son attitude réaliste et pragmatique, croit à l’édification d’un monde meilleur, plus paisible et plus humain.

Dans son message du 10 mars 2011, le Dalaï Lama a confirmé ce qu’il avait annoncé à maintes reprises dans le passé, c’est-à-dire son souhait de transférer aux représentants élus tous les pouvoirs formels inscrits dans la Charte constitutionnelle promulguée le 14 juin 1991 qui régit le fonctionnement de l’administration en exil. Lors de la séance bisannuelle de mars dernier, le Dalaï Lama a invité le Parlement à élaborer les amendements nécessaires afin de modifier la Charte en ce sens. Malgré l’extrême réticence du Parlement [9], le Dalaï Lama a, pour le bien à long terme du peuple tibétain, persisté dans son intention. Le Cabinet et le Parlement ont finalement accepté de constituer une commission spéciale chargée de proposer des amendements. En mai 2011, la 2ème Assemblée Générale représentant les Tibétains en exil est convoquée à Dharamsala afin de débattre de ces réformes de portée historique [4]. Entre temps, la Commission a consulté des juristes et des constitutionnalistes et a présenté au Dalaï Lama tous les amendements nécessaires. Suite à la séance extraordinaire du Parlement en exil du 29 mai 2011, une nouvelle Charte constitutionnelle a été adoptée et ratifiée, confirmant le transfert des pouvoirs administratifs et politiques au Chef du gouvernement, au Parlement ainsi qu’à la Cour suprême de Justice.
En accord avec sa conviction profonde, Sa Sainteté le Dalaï Lama a rejeté la proposition de demeurer Chef d’État du Tibet, même à titre symbolique. Pour Sa Sainteté, la souveraineté réside dans le peuple, lequel doit pouvoir choisir librement, par la voie démocratique, ses dirigeants. Ceux-ci assumeront leurs fonctions conformément au mandat confié par le peuple et aux règles démocratiquement établies, et notamment la Charte constitutionnelle et les lois votées par le Parlement.
Dans son préambule, la nouvelle Charte rappelle l’histoire politique du Tibet et met notamment en exergue tous les efforts de démocratisation initiés par Sa Sainteté le 14ème Dalaï Lama. L’article 1 de la nouvelle Charte précise que Sa Sainteté reste le protecteur et le symbole du Tibet ainsi que le garant de l’identité de son peuple. Ceci découle de l’histoire de la lignée des Dalaï Lamas, qui cristallise au plus haut degré l’aspiration du peuple tibétain. De ce fait, Sa Sainteté continuera à être le porte-parole libre du peuple tibétain et assumera les responsabilités de :
- conseiller le Cabinet (Kashag) et le Parlement sur les enjeux majeurs touchant le peuple tibétain : son bien-être général, la protection du patrimoine religieux et culturel et la résolution du problème du Tibet ; Sa Sainteté le Dalaï Lama peut prodiguer des conseils de sa propre initiative chaque fois qu’il le juge nécessaire, ou à l’inverse lorsque le Cabinet et le Parlement le sollicitent ;
- poursuivre les rencontres avec des dirigeants et des personnalités internationales. De même, tous les représentants et émissaires nommés par le Cabinet agiront en son nom.

Les 3 principaux engagements de Sa Sainteté le Dalaï Lama sont, par ordre de priorité :

1. Promouvoir les valeurs humaines universelles

Le premier engagement de Sa Sainteté est de promouvoir les valeurs humaines telles que la compassion, le pardon, la bienveillance, la tolérance ou bien encore la maîtrise de soi. Croyants ou athées, tous les êtres peuvent expérimenter la capacité de ces qualités à rendre leur vie plus heureuse. Sa Sainteté considère ces valeurs humaines comme une véritable éthique laïque.

2. Promouvoir la tolérance religieuse

Le second engagement de Sa Sainteté est de promouvoir une compréhension et une plus forte harmonie entre les traditions religieuses majeures du monde. Malgré des différences d’ordre philosophique, toutes disposent du même potentiel à élever les êtres humains. Il est donc important qu’elles se respectent les unes les autres en reconnaissant chacune leur valeur respective. Si, pour l’individu, il peut n’y avoir qu’une seule vérité et une seule religion, au sein d’une communauté libre, plusieurs vérités et religions doivent pouvoir coexister.

3. Défendre la cause tibétaine

Enfin, Sa Sainteté est Tibétain et porte le titre de "Dalaï Lama". Le peuple tibétain s’en remet à lui. Son troisième engagement est donc d’œuvrer pour sa cause, au travers d’une politique mesurée et réaliste. A l’instar de chaque Tibétain, Sa Sainteté a la responsabilité d’agir en tant que porte-parole libre des Tibétains dans leur lutte pour la justice. Ce troisième engagement n’aura plus lieu d’être une fois qu’une solution bénéfique mutuelle aura été trouvée entre les Tibétains et les Chinois. Certes, avec l’entrée en vigueur de la nouvelle Charte constitutionnelle, l’ensemble de ses prérogatives ont été transférées aux représentants élus ; néanmoins eu égard à la légitimité historique et la portée symbolique de sa personne, il ne fait pas de doute que le Dalaï Lama actuel continuera à jouer un rôle jusqu’à la fin de sa vie.

Quelques citations du Dalaï Lama

- Responsabilité universelle : pour relever le défi aujourd’hui, nous devons développer un plus grand sentiment de responsabilité universelle. Chacun de nous doit travailler, non pas seulement pour soi-même ou sa famille, ou sa nation, mais pour le bien-être de toute l’humanité. La responsabilité universelle est la clé de notre survie ; elle est le meilleur socle pour construire la paix dans le monde.
- Religion : ma religion est simple. Elle est celle de la générosité et de l’amour. Si vous pouvez aider les autres, faites-le. Mais si vous ne le pouvez pas, au moins ne leur nuisez pas. C’est l’essence de toutes les traditions religieuses.
- Tolérance : je crois qu’il vaut mieux qu’il y ait plusieurs religions et philosophies plutôt qu’une seule religion et une seule philosophie. C’est une nécessité car nos dispositions mentales sont différentes. Chaque religion propose des idées et des techniques spécifiques. Les apprendre et les intégrer ne pourra qu’enrichir notre propre foi.
- Environnement : prendre soin de notre planète, c’est comme prendre soin de notre propre maison. Puisque nous sommes issus de la nature, ne pas la respecter n’a aucun sens. C’est pourquoi je dis que la question de l’environnement ne peut être comparée à la religion, l’éthique ou la morale. Ces dernières sont du "luxe" car nous pouvons survivre sans elles. Par contre, nous ne survivrons pas si nous détruisons la nature.
- Inde : nous, les réfugiés tibétains, sommes reconnaissants envers le peuple de l’Inde, non pas uniquement parce qu’il nous aide et nous a accueilli, mais surtout parce que plusieurs générations de Tibétains ont reçu la lumière et la sagesse de ce pays. Sur le plan culturel, nous sommes fidèles aux traditions de l’Inde et conscients de notre appartenance à ce pays.
- Chine : Nous ne sommes pas anti-Chinois, et nous ne sommes même pas contre ses dirigeants car ils sont aussi nos frères et nos sœurs. S’ils avaient la liberté de choisir, ils ne se seraient pas engagés dans une action destructrice car celle-ci porte atteinte à leur image. J’ai de la compassion pour eux aussi.

Références :
Films grand écran :
- "Kundun", de Martin Scorcese (1997) basé sur l’autobiographie de Sa Sainteté le 14e Dalaï Lama
- "7 ans au Tibet", de Jean-Jacques Annaud (1997), retrace la vie de l’alpiniste autrichien Heinrich Harrer, qui a vécu de 1946 à 1951 au Tibet [10]. Le film basé sur le livre de Heinrich Harrer "7 ans au Tibet", paru quelques années après son séjour au Tibet, est devenu best-seller à l’époque.

Titres :
- "Mon pays et mon peuple", Editions Olizane. Livre autobiographique du 14e Dalaï-Lama paru en 1964.
- "Au Loin la liberté", Editions Fayard. Livre autobiographique du 14e Dalaï Lama publié en 1990.

- Site officiel du Dalaï Lama : www.dalailama.com (English)
- Site utile : www.tibet.net (anglais, allemand, arabe, espagnol, russe, chinois et tibétain)
- Site en français : www.tibet-info.net

- Adresse pour écrire (il est recommandé d’écrire uniquement en anglais) :
Secretary
Office of H.H.the Dalai Lama
Mc Leod Ganj 176219
DHARAMSALA
District Kangra, H.P.
INDIA

Source : Bureau du Tibet, Paris, édition juillet 2011.

NB Les notes de bas de page et les liens, internes ou externes, ont été ajoutés par Tibet-info à des fins d’explication, d’illustration ou de compléments d’information et ne font pas partie du document d’origine du Bureau du Tibet.

 

LIEN : link

 

 

4611125865_c26c0f259b.jpg

Partager cet article

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article

commentaires

Oscar 18/08/2011 23:28



LIRE: "... que certaines flattent..., et non "flattant..."



Oscar 18/08/2011 23:26



Amitiés, Oscar.



Oscar 18/08/2011 23:25



Cher Dominique,


 


Comme toi je suppose, je pense que comptent avant tout le caractère, la personnalité le désir de faire le bien au lieu d'affirmer son ego aux dépens de celui de l'autre.


Mais j'espère que tu ne m'en voudras pas si j'ajoute qu'à mes yeux, certaines doctrines encouragent plus que d'autres les bons penchants de l'homme, ainsi toutes celles qui enseignent
la justice, la solidarité et l'amour, tandis que certaines flattant diaboliquement les pires, et pour sortir un moment du contexte religieux, qu'il suffise de songer aux différentes
variantes de fascismes en général et au nazisme en particulier, qui a décérébré pour le malheur de tant de millions d'êtres des foules hypnotisées et fanatisées devenues alors
majoritairement -je ne dis pas unanimement!-, des machines enthousiastes à donner ou à laisser donner la torture et la mort...



Oscar 15/08/2011 21:12



"Mon ami, je ne suis pas intéressé par ta Religion ni si tu es religieux ou pas": réponse que j'apprécie et que je trouve très judicieuse moi aussi!!


Comptent en effet surtout nos actes, nos intentions et nos sentiments; le reste n'est-il pas surtout spéculations oiseuses et vaines au fond, même si je comprends qu'un forme
quelconque de curiosité voire de besoin métaphysiques existe en tout homme...


A ce dernier égard, je trouve l'essai du catholique Miguel de Unamuno: "Le sentiment tragique de la vie", un des plus émouvants et poignants qui aient jamais été écrits...


 


Amitiés, Oscar.



dominique giraudet 13/08/2011 19:51



Je pense qu'il existe des hommes de paix dans toutes les religions même au sein des trois monothéismes , Oscar je pense qu'il est bon de le rappeler , évitons de massifier,d'étiqueter les êtres
en "religions", "partis"..etc,chaque être est différent. Je te remet le texte du Dalai Lama "il n'y a pas de religion plus grande que la vérité " (Dialogue avec le théologien Léonardo Boff 
  :


Dans une discussion à propos de la religion et de la liberté dans laquelle le Dalai Lama et moi-même participions, je lui ai demandé, un peu malicieusement, lors d’un temps libre, une question
qui me semblait très importante :
« Sa Sainteté, selon vous, quelle est la meilleure religion ? »
Je pensais qu’il dirait : « Le bouddhisme tibétain » ou « Les religions orientales beaucoup plus vieilles que le christianisme. » Dalai Lama s’est arrêté, m’a souri et,
en me regardant droit dans les yeux Ce qui m’a surpris, parce que je sentais la malice dans ma question. Il me répondit :
« La meilleure religion est celle qui te rapproche de Dieu. C’est celle qui fait de toi, une meilleure personne. »
Pour me sortir d’embarras, avec une réponse si remplie de sagesse, j’ai alors demandé :
« Qu’est-ce qui nous rend meilleur ? »
Il a répondu :
« Tout ce qui te remplit de compassion, te rend plus sensible, plus détaché, plus aimable, plus humain, plus responsable, lus respectueux de l’éthique. La religion qui fera tout
ça pour toi, c’est la meilleure religion. »
J’ai gardé le silence pour un instant. J’étais émerveillé, et je le suis encore aujourd’hui, en pensant à sa réponse pleine de sagesse et si irréfutable :
« Mon ami, je ne suis pas intéressé dans ta religion ou si tu es religieux ou pas… Pour moi, ce qui est important c’est la façon dont tu agis avec les autres, ta famille, tes
collègues de travail, ta communauté, et devant tout le monde. Rappelle-toi que l’univers est l’écho de nos actions et de nos pensées. »
Finalement, il a dit :
Prends soin de tes pensées parce qu’elles deviendront des Mots.
Prends soin de tes mots parce qu’ils deviendront Actions.
Prends soin de tes actions parce qu’elles deviendront Habitudes.
Prends soin de tes habitudes parce qu’elles formeront ton Caractère.
Prends soin de ton caractère parce qu’il formera ton Destin,
Et ton destin sera ta Vie…
…et…
« Il n’y a pas de religion plus grande que la Vérité. »


 


Avec toute mon amitié,


Dominique