Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 17:49

link

 

 

3899365791_9006dcf43d.jpg

Partager cet article

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article

commentaires

Oscar 06/05/2010 17:43



Cher Dominique,


Je continue à consulter toujours les articles nouveaux que vous signalez à mon attention. Selon ma disponibilité et d'autres facteurs, par exemple des crises de migraines
fréquentes et dont une d'elles commence à  confirmer sérieusement sa réalité immanente, je les lis avec plus ou moins d'attention. J'ai commandé à la Fnac l'ouvrage sur Wang Fuhzi que
vous recommandez. Quand il sera en ma possession, il faudra que je prenne du temps pour l'étudier avant que nous puissions en parler ensemble, car les systèmes de pensée orientaux -taoisme,
bouddhisme, etc. me sont peu familiers; je connais un peu par contre la pensée des Upanishads mais de manière surtout  indirecte, par le biais de la philosophie d'Erwin Schrödinger
qui leur doit beaucoup.


J'ai un peu lu Nietzsche, souvent trop emphatique ou pontifiant à mon goût, et ayant véhiculé des germes potentiels si j'ose dire, d'idéologies que je hais. Je ne dis pas qu'il en soit
responsable ni qu'il les aurait cautionnées mais le seul fait qu'elles aient pu se réclamer de lui ne me paraît pas fortuit, avec ou sans détournements de sens... Je pense que vous me
comprenez...


Quant à Freud -la raison pour laquelle je vous adresse ces lignes en commentaire à cet article-, il m'inspire des sentiments mitigés, plus positifs en ce qui concerne sa pensée propre qu'envers
certains de ses disciples et la plupart des écoles et chapelles se réclamant du "maître" en France notamment.


Ainsi, Freud apparaît dans ses écrits comme un homme affable et modeste, prêt à modifier sa doctrine à la lumière d'arguments ou de faits qui en montrent telle ou telle faiblesse: aucun
dogmatisme de sa part, ou très peu; quelqu'un comme Lacan par exemple tout au contraire m'horripile littéralement, ne serait-ce que pour son jargon et ses formules qui se veulent profondes et
dont le caractère sibyllin ne me semble qu'un oripeau ou un masque cachant le néant de la pensée comme dans un beau conte d'Edgar Poe qui s'appelle "Le masque de la mort rouge"!


Cependant, pour être franc, je dois avouer qu'il est un reproche fondamental que j'adresse à la psychanalyse en général, y compris et même en premier lieu hélas à celle de Feud: sa
prétention est initialement d'ordre thérapeutique, or son efficacité sur ce plan est très exactement égale à zéro; conscients de cette difficulté, la plupart des psychanalytes freudiens (ainsi
que les autres d'ailleurs, mais tout étant parti de Freud, n'est-ce pas...) essaient de s'en tirer par une malhonnêteté intellectuelle insigne, en prétendant que la "guérison" (des
névroses) n'est pas le but de la psychanalyse, ce qui est d'une part un mensonge éhonté si l'on considère les ambitions de son fondateur, et qui, si même on accepte ce présupposé concernant
ses disciples actuels, pose la question de la nature exacte de leur véritable ambition: "aider à mieux se connaître soi-même", comme ils aiment à le répéter? Je regrette d'avoir à le dire, mais
cette formule me paraît plutôt vague sinon fumeuse et galvaudée à force d'avoir servi depuis Socrate, et par ailleurs je nourris quelques doutes mécréants sur l'utilité des diverses formes de la
psychanalyse pour aider à acquérir cette fameuse connaissance; je crois par exemple qu'un Henri Laborit nous aide mieux par son petit ouvrage à l'allure légère et modeste, "L'éloge de la fuite" à
acquérir les outils intellectuels de cette compréhension de nous-mêmes que tous les traités psychanalytiques de la terre...


Voilà, cette petite diatribe m'aura permis au moins d'oublier pendant quelques minutes ma migraine, mais comme elle se fait persistante et croissante à son habitude, la petite
garce,  je crains de devoir m'en tenir là pour aujourd'hui!


Bien amicalement, Oscar.



DominiqueGiraudet 09/05/2010 19:22



Bonjour cher Oscar ,


 


J'espère que lorsque vous lirez ces lignes votre migraine sera passée , je connais la douleur migraineuse et je sais combien c'est pénible ! Merci pour votre long et intéressant commentaire . Je
partage vos points de vue sur la psychanalyse , je suis assez imperméable à ce type de thérapie et je me retrouve mieux aussi dans le discours de Mr Laborit . Evidemment il est possible que cette
thérapeutique de la parole puisse aider certains patients , il ne nous faut pas l 'exclure , il faut tout essayer pour soulager la souffrance d' une personne , cela ou autres choses .. Vous dites
aussi que Nietzsche est emphatique , je ne puis que partager aussi votre avis là -dessus , c'est ce qui doit le rendre si pénible à lire ...Hélas ! Sauf les receuils d'aphorismes qui passent
mieux .


J'espère moi aussi bientot aborder le livre sur la pensée de Wang Fuzhi , je serai trés heureux d 'échanger à son sujet , aprés que nous l 'ayons lu tout les deux .


 


Avec mes plus amicales et attentives pensées ,


Dominique Giraudet