Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 16:12
Bonjour,Vous ne me connaissez pas, je suis juste une petite chatte de gouttière...


J'ai oublié le nom que vous m'aviez donné petite.

Je ne me souviens plus très bien de maman non plus.

C'était il y a si longtemps.

Et je suis restée si peu de temps avec elle...

Je me souviens que les gens la trouvaient très belle, très gentille.

Elle était écaille de tortue.

Noir et rousse. Alors ses maîtres, très gentils par ailleurs lui ont laissé faire une portée pour avoir de jolis et gentils chatons comme elle...

Notre papa, un illustre inconnu, je ne sais qui il est, sûrement un matou du quartier...

Ils n'ont pas été déçus par notre naissance !

5 frères et sœurs que nous étions.

Deux noirs, un rouquin et moi et ma sœur, écaille de tortue comme maman.

Moi au lieu d'être noire et rousse, j'étais bleue et crème...

Magnifique disaient de moi les gens qui venaient nous voir.

Nous étions en bonne santé, bien traités, alors forcément nos maîtres n'ont eu aucun mal à nous placer.

Je suis partie à l'age de 8 semaines dans une famille gentille.

J'avais droit aux câlins, à dormir dans leur lit.

Ils m'avaient mis un beau collier avec des perles argentées et une jolie clochette.

Nous habitions en appartement.

Parfois la femme pestait après moi quand j'étais en chaleur et miaulais la nuit ou faisais pipi sur son canapé ; mais elle m'aimait bien je pense.

Elle me prenait sur les genoux et j'adorais ses caresses et je ronronnais...

Et puis... il y a eu beaucoup de cartons dans l'appartement.

Et puis...les pièces se sont vidées

On s'occupait moins de moi mais ce n'était pas grave.

Ils étaient occupés, je comprenais.
J'entendais parler d'une maison avec un jardin, qu'il y aurait des enfants bientôt...
Et puis...

Je n'ai pas compris. Le dernier carton est parti.

Le monsieur m'a prise dans les bras et on a descendu l'escalier.

Cet escalier qui m'intriguait tant et où je n'avais pas le droit d'aller...

On est sorti.

Et moi j'étais toute apeurée parce que je ne connaissais pas dehors. Il y avait de grands bâtiments.

C'était immense en bas. Moi je voyais ça de mon 4ème étage.

En bas, ca faisait peur.

Il m'a posée par terre. Et j'ai trouvé bizarre la sensation de l'herbe sur mes coussinets habitués à la moquette.

Une voiture a démarré juste à coté de nous, j'ai couru sous un buisson pour me réfugier...

Je suis restée longtemps sous le buisson.

J'ai attendu la nuit. Quand je suis sortie le monsieur était parti.

J'ai attendu... Des jours entiers qu'il revienne me chercher.

Il m'avait certainement oubliée...
J'ai attendu... sous mon buisson.

Et j'ai eu faim alors je suis allée vers les gens que je croisais.

Certains étaient gentils et m'ont donné des caresses et à manger. Un peu. Mais d'autres m'ont chassée, m'ont frappée.


J'ai attendu...
J'ai fait connaissance avec les chats du coin.

Des chats faméliques qui m'attaquaient...

J'ai fait connaissance aussi avec les chiens. Plusieurs fois ils ont failli m'attraper et me tuer.

Par chance j'ai réussi à leur échapper. Je voyais parfois des gens avec ces chiens.
J'ai attendu. ..Longtemps.
J'ai perdu mon joli collier, avec sa clochette.
J'ai eu des bébés moi aussi, plusieurs fois, mais peu ont survécu...
J'ai attendu... Et je suis tombée malade.
Les yeux.

J'avais si mal qu'à force de me gratter, j'ai perdu un œil.

L'autre, je n'y voyais quasiment plus. Alors je suis restée sous mon buisson. Des gens gentils me donnaient à manger, juste à coté du buisson.

Mais vous savez, dans ce quartier les gens comme les chats sont miséreux. Personne ne pouvait me soigner.

Et puis un jour, alors que je sentais la fin peut-être arriver bientôt, j'avais perdu mes derniers chatons depuis peu d'une fausse couche, un monsieur est arrivé.

Un jeune monsieur. Et bien que je n'étais plus très belle, borgne, le poil miteux, il m'a câlinée, m'a nourrie quelques jours.

Il a regardé mes yeux et a pleuré. J'ai appris qu'il était étudiant en médecine. Et qu'il ne pouvait pas me recueillir, lui aussi.

Et que c'est ça qui le faisait pleurer.

Il faisait chaud ce jour là. Une jeune femme est arrivée avec ce monsieur.

Elle avait une caisse. Je me souviens petite que les gens avaient une caisse comme celle là... alors je suis rentrée dedans. J'étais si fatiguée...

Le voyage a été long. Il faisait très chaud dans la voiture.

J'avais peur, j'avais soif. Je miaulais.

La jeune femme me parlait, je me souviens.

On est arrivé quelque part où on m'a soignée durant plusieurs jours. Je n'étais pas heureuse au départ en cage mais la dame était gentille, me nourrissait bien.

Elle a soigné mon œil. A présent j'y vois un tout petit peu mais très mal. Elle m'a opérée aussi.

J'avais un reste de placenta pourri dans l'utérus suite à ma fausse couche ; Cela m'aurait tuée.

Et ces années dehors à me battre contre les chats et les chiens m'ont laissé en souvenir le fiv, le sida du chat.

Aujourd'hui encore je déteste les chats et les chiens. J'en ai très peur, voyez vous.

Maintenant je vais mieux... Je suis dans une association qui prend soin des chats comme moi, malades ou sauvages.

Moi je ne suis pas sauvage. J'aime beaucoup les câlins.

Nous sommes nombreux là-bas.

Roméo, Baloo (lui a très peur des gens... il n'a pas connu comme moi petite la chaleur d'un foyer).

Je me repose. Et je n'attends plus le retour de ce monsieur... Il ne reviendra jamais.

Parfois je pense à mes frères et sœurs. Que sont-ils devenus, eux ? Attendent-ils eux aussi un monsieur ou une dame ?

Un jeune étudiant en médecine pleurera-t-il sur leurs yeux malades ?

Une jeune femme fera-t-elle 200 kilomètres en voiture pour eux ?

Ma maman serait bien triste d'apprendre mon histoire...Et les gens qui l'adorent aussi...

Ils disaient qu'ils la feraient opérer après une portée, ils ne pensaient pas que les gens auxquels ils m'avaient confiée feraient cela. Ils étaient si gentils, ils disaient...

Le jeune étudiant en médecine m'a baptisée Cosette car j'habitais rue Victor Hugo.

Cosette, j'aime bien. J'ai croisé Gavroche ( !) chez cette jeune femme.

Elle l'avait fait castrer, il m'a dit. Oh bien sûr un mauvais moment à passer durant 24h...

J'ai pensé à mes bébés.. à ceux qui ont survécu. Peut-être ont ils été adoptés...

S'il vous plaît, vous qui les avez recueillis, faites les stériliser.

Ils n'auront pas de chatons à vivre ce qu'a vécu leur grand-mère...

Cosette à La Maison de l'Espoir Retrouvé
Cette histoire est celle d'une petite minette trouvée à Alençon recueillie par La Maison de l'Espoir Retrouvé.

Un bel endroit dont voici le site http://maisondelespoir.fre e.fr/.

Cosette nous a quitté le 18 juin 2010 entourée de soins, de caresses qui semblaient l'apaiser et aussi pas ses congénères dont certains s'étaient couchés près d'elle.

Cosette est restée un plus de 4 ans à la Maison de l'Espoir Retrouvé.

Cette histoire véridique est racontée par Hélène, une protectrice qui se désespère de voir le message prônant la stérilisation encore si mal compris et si peu relayé.

Hélène est la jeune femme qui est venue chercher Cosette , l'histoire a été reconstituée d'après le témoignage des habitants de l'immeuble où Cosette a été abandonné.
Ce texte est la propriété d'Hélène


Lisez-la, racontez-la, à vos amis et surtout à vos enfants car c'est sur eux que nous comptons pour que demain, un demain toujours trop éloigné, cessent de naître les fameuses portées de chatons "à donner contre bons soins".

La stérilisation est un acte de protection
C'est en effet le seul moyen de lutter contre la surpopulation des chats (et des chiens) en France.

On estime qu'en France, chaque année un demi-million de chats et de chiens sont euthanasiés faute de trouver des maîtres !

Bénéfice pour la santé et le comportement :
Chez les femelles, lorsqu'elle est pratiquée avant les premières chaleurs (6 ou 7 mois), elle supprime le risque de tumeurs mammaires.

Ce bénéfice disparaît lorsque la stérilisation est effectuée après l'âge de deux ans.

Moins d'accidents chez les chats castrés :
La castration augmente la longévité du chat qui sort en extérieur.

Il limite ses déplacements et risque donc moins d'accidents sur les routes.

Il se bagarre moins avec ses congénères par conséquent il est moins victime de morsures et de griffures entraînant souvent des abcès.

Combattre les idées reçues :
« Une chatte doit avoir une portée dans sa vie pour sa santé et son comportement » : FAUX Cette idée reçue n'a aucun fondement scientifique. Au contraire la gestation et la mise-bas peuvent présenter des risques pour l'animal.

A savoir. La pilule contraceptive présente un risque pour la santé de la chatte et ne peut être administrée au long cours. Seule la stérilisation chirurgicale est conseillée.

Renseignez-vous :
Dans certains départements, voire certaines communes il est pratiqué des « campagnes de stérilisation » chaque année.

Les vétérinaires participant à cette opération proposent des stérilisations à prix réduits.

Renseignez vous auprès de votre mairie ou d'une association de protection animale.

La stérilisation du chat :
A quel âge ? Un chat (une chatte) peut être stérilisé à n'importe quel âge, mais il vaut mieux attendre sa maturité sexuelle, vers l'âge de 6 mois pour les chattes et 6 à 8 mois pour les chats.

L'opération est rapide et parfaitement indolore.

On retire chez la femelle les trompes, les ovaires et l'utérus.

Chez le mâle, l'opération consiste en une ablation des testicules.

Le mâle : une fois l'opération pratiquée devient beaucoup plus casanier et plus affectueux.

Non seulement, il ne fuguera plus pour trouver une femelle à féconder, mais il perdra également la désagréable habitude de marquer son territoire en urinant.

Enfin pour achever de vous convaincre il ne devrait plus participer à ces combats nocturnes qui mettent face à face tous les mâles du quartier et se terminent souvent par des blessures.

Elle émet des miaulements aigus, désagréables, attire tous les mâles du quartier, fugue et risque d'attraper des maladies infectieuses, ce qui vous oblige à l'enfermer chez vous.

La stérilisation mettra fin à tout cela.

La stérilisation de la chatte permettra aussi de limiter les risques des maladies graves (cancers des mamelles, utérus).

Les bienfaits de la stérilisation :
-éviter la surpopulation des animaux et, avec cela, éliminer le problème de l'abandon des chiens et des chats non désirés. C'est une manière aussi de diminuer le nombre d'animaux que l'on rencontre vivant dans de sales conditions et qui sont propices aux infections et aux maladies capables d'infection l'homme.


- éviter à l'animal la souffrance et la frustration qu'il peut avoir durant les périodes de chaleur, et aussi éviter qu'ils s'échappent continuellement ou qu'ils se battent avec d'autres chats.


Il y a des études qui assurent que la stérilisation évite à l'animal de contracter certaines maladies liées au processus de reproduction et à l'accouchement, dans le cas des femelles.

CONCLUSION : faites stériliser vos chats et chiens pour leur bien être et ainsi arrêter la reproduction sans fin à la suite d'abandons.



Catherine Tschitschmann

Cosette

Partager cet article

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article

commentaires

Jacinte 28/09/2010 23:49



merci pour ce touchant et véridique témoignage hélas pas assez fréquent !


j'ai écrit un poème et un texte sur les chats... si ça te dis d'aller lire :)


Amitiés


Jacinte



DominiqueGiraudet 29/09/2010 09:23



Bonjour Jacinte,


A mon tour de vous remercier pour votre bon commentaire , oui nos merveilleux compagnons sont encore bien trop maltraités par les ètres dit humains .. J'ai lu votre beau poème si sensible,si
juste , oui ils sont bien ainsi !


Avec mes plus amicales pensées,


Dominique Giraudet



Oscar 27/09/2010 20:44



Merci Dominique


de prendre ainsi la défense des pauvres animaux qui dépendent du bon vouloir et parfois hélas des caprices de leurs propriétaires pour survivre, en particulier les chats, de plus en plus nombreux
tout court mais aussi de plus en plus nombreux à être abandonnés à eux-mêmes, à crier famine et mendier aussi un peu d'affection dans le voisinage de l'endroit où ils sont nés, j'en suis le
témoin quotidiennement depuis des années, et le phénomène ne fait qu'empirer, en tout cas là où j'habite.


Et: oui, la castration est bien le seul remède, la seule solution efficace.


Puissent toujours plus de gens visiter votre blog et y trouver matière à réflexion, y compris dans leurs habitudes de vie.


Car vous savez nous rendre sensibles grâce à vos superbes photos à la beauté de ces petits félins, qui ne sont pas des "fauves", mais de petites bêtes démunies, sans l'aide des
humains, qui souffrent et ont besoin d'amour autant que nous!!


Amitiés, Oscar.



DominiqueGiraudet 29/09/2010 09:36



Bonjour Oscar ,


Je suis trés touché par ton bon commentaire , vraiment merci . En fait ce que vous avez écrit est trop gentil , je suis sincèrement ému par votre compréhension et votre gentillesse . Je ne
saurais en dire plus .. Sinon que philosophiquement et vous avez encore raison de le souligner cela pose encore cette éternelle et lancinante question du mal présent en ce  monde .


Avec mes amicales et attentives pensées,


Dominique