Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 14:58

31 mars 2009

Nietzsche, un continent perdu

 

de Bernard Edelman

 

  • Relié: 366 pages
  • Editeur : Presses Universitaires de France - PUF (1 mai 2000)
  • Collection : Perspectives critiques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 213050406X

 

               Nietzsche ne cesse de recommencer, de reprendre, d'enrichir les généalogies du bien, du mal, du moi, de la conscience ... peut-il y avoir un "début" lorsque tout recommence, une "origine" lorsqu'on récuse une pensée de l'Etre, un point de départ quand on postule le devenir ?

On pourrait envisager une multiplicité d'origines, chez Nietzsche tout se tient, telle est la difficulté essentielle : comment tout dire en commençant quelque part ?

La question n'est pas de savoir où commence Nietzsche mais plutôt quel est le lieu d'où partent toutes les généalogies ? quel est le lieu où aboutissent toutes les généalogies ?

Nietzsche commence en physicien poursuit en biologiste et achève en anthropologue

Pour Nietzsche tout est "biologique", mais cette biologie est immédiatement politique puisqu'elle s'organise en signes, en institutions en système moral et religieux

Bref ou bien l'homme chrétien et ses succédanés, la démocratie, la solidarité, le grégarisme, le libéralisme ou bien l'homme biologique, et une nouvelle organisation de la société. On a haî Nietzsche d'avoir osé pensé ainsi, d'avoir anticipé l'eugénisme, critiqué l'hypocrisie des valeurs démocratiques. On lui a reproché sa cohértence et d'avoir déduit toutes les conséquences sociales, politiques, morales de l'homme biologique. Nous en bons démocrates ne pensons pas ainsi nous oeuvrons en faveur des droits de l'homme en faveur de l'égalité, mais seulement sous l'alibi d'une science au service de l'égalité et de l'humanité, nous introduisons l'inégalité, sous le couvert d'une bioéthique chargée de metre des limites à la biologie, nous lui ouvrons tout l'espace. Nous autres bons démocrates sommes formalistes, ce qui nous donne bonne conscience !

 

Bernard EDELMAN est docteur en droit et avocat. Il a publié dans la collection "Doctrine juridique" : La personne en danger en juin 99

Partager cet article

Repost0

commentaires