Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 17:02

Territoire: victoire d’un mot, défaite des mots

 

 Rénovation urbaine, Grand Paris, réforme administrative, décentralisation, un mot triomphe: territoire. 

 

Est-ce de la nostalgie ? J'aimais le mot commune et pas seulement à cause des Fédérés mais aussi à cause de monsieur Madeleine à Montreuil-sur-mer, à cause des Montaigne à Bordeaux,  de la famille Raspail à Arcueil, de Saint Vincent de Paul à Clichy-la-Garenne. À cause de  tous ces personnages de l'histoire ou de la littérature qui habitaient non pas un territoire mais un village, une ville ou un hameau. La commune est  un passage entre le passé et le présent. Elle est une garantie de généalogie tandis que le territoire nous coupe de celle-ci. Le territoire est sans mémoire et sans chemin. Sans passage et sans trace.

Territoire, beurkkkk! Ça sent l'animalité sans animal,  la marque pour la marque, depuis l'urine jusqu'à la publicité (Michel Serres « le mal propre ») en passant par l’inévitable bruit de mobylette sans chicane. Bruit pour bruit, saleté pour saleté.

Territoire, c’est le néant, la tyrannie de ne venir de nul part, le délire de croire devoir tout bâtir ou tout laisser, tout construire ou tout brûler.

Territoire, c’est l’anthropocentrisme triomphant, fier comme un dindon sans bassecour. Il n’y a plus rien que les projets qu’un « Nous » ignorant du «Moi», fait.  Projet de territoire, territoire de projets, rien que de l’avenir, rien que du vide, du devant.

Territoire, c’est la manie du changement pour le changement, la perte de sens. C'est la pathologie et le comportement qui donnent des coups de boule à la pensée.

Territoire, c’est la connexion qui écrase le sentiment. Le réseau qui marche sur la tête de l’amitié.

Même plus la haine, le territoire est violence, défaite des mots.

J'aime bien la commune, moi aussi, qui, au substantif féminin, n'a pas subit les dégradations du commun, j'aime voir, toucher, entendre, comprendre de près plutôt que de loin, le territoire, c'est vai, ça fait penser à la défense malade de sa petite propriété, un espace où le con est roi en toute trompette, et où le roi croit tenir les rennes, les reines? de son pouvoir en arrosant la surface de ses humeurs.
La communauté de commune, avec un nom aussi technocratique, c'est sans avenir autre qu'administratif, quelque chose comme le département qui sent son préfet et son président qui font la pluie et le beau temps sur les pauvres.
Par contre la région garde pour moi les frontières poétiques d'une patrie d'élection. Un peu polluée, il faut bien le dire, par le regard touristique, cette engence multinationale qui ne sait que folkloriser les sentiments, l'intelligence ou l'histoire pour hacher du déplacement digérable sans se frotter aux indigènes.
Et il est vrai que le projet en cour dérive vers une juxtaposition de petites multinationales qui vont tâcher de se vendre au lieu de songer à se produire.
Bon dimanche

Le mot territoire perd la rondeur du terroir. Il parle de frontières, d'interdictions, d'expulsions, de guerres de défense ou conquête, et sa richesse se compte en euros, sans odeur ni saveur.

Avez-vous remarqué que l'on n'a jamais autant parlé de territoire que depuis que l'on assassine une discipline: la géographie?

 

Terroir

Partager cet article

Repost 0
DominiqueGiraudet - dans penser
commenter cet article

commentaires