Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ecosia : Le Moteur De Recherch

25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 17:21

Hannah Arendt et Martin Heidegger

Une sélection bibliographique proposée par Florence (étudiante stagiaire en 1ère année Master Philosophie, option Métiers des bibliothèques), à l'occasion du Spectacle
Qu'est-ce que penser ? présenté par la troupe « De Onderneming, interprété par Carl Wijs et Ryszard Turbiasz, le mardi 6 et mercredi 7 Mars 2007 à 20 h 30 à l'Odyssée.

Extr. d'interview d'Ursula Ludz, éditrice, chercheuse et traductrice d'Hannah Arendt
"U. Ludz, vous travaillez depuis des années déjà sur Hannah Arendt et sur son œuvre. Qu'est-ce qui vous fascine chez cette grande philosophe politique ?"
U. Ludz : "C'est dur à dire en quelques mots car plusieurs choses m'attirent chez elle. En premier lieu peut-être, sa biographie. Connaissant sa vie, je trouve le parcours de Hannah Arendt extrêmement méritoire. On peut dire que la personne et l'œuvre étaient étonnamment en phase. Ainsi, son vécu se retrouve dans ses écrits et inversement. Son œuvre fait partie intégrante de sa vie, de son destin, et ce qu'elle a dit comme ce qu'elle a écrit est toujours « down to Earth », comme on le dit en anglais. Ses écrits ne sont pas toujours faciles à comprendre, même ses œuvres majeures. Mais quand elle parle, elle s'exprime de manière claire et compréhensible, ce qui explique sûrement une partie de la fascination qu'elle exerce".

 
 
 
Heidegger et son temps, Grasset, 1996 
Rüdiger Safranski, 193B HEI
Une biographie qui nous dit qui était Heidegger : quelle a été sa vie, qui furent ses amis, ses proches, quelle était sa philosophie, comment sa pensée a évolué, quels furent ses rapports avec le national-socialisme, quelle a été son influence dans le siècle...

 

 
Hannah Arendt ou l'amour du monde, PEMF, 2006
193BT2
Livre jeunesse 
Hannah Arendt propose une réflexion sur la nouveauté radicale de notre époque, réflexion qui associe le totalitarisme au renoncement à la politique. Selon elle, tant que les hommes cesseront de penser, de s'investir et de prendre la parole dans l'espace public, nous ne serons pas à l'abri de la barbarie.
Pour l'amour du monde, Hannah Arendt nous met en garde.
 
 
A quoi pensent les philosophes, Autrement, 1988
194AQ
Cet ouvrage regroupe des interprétations des démarches de nos philosophes contemporains, en faisant une véritable cartographie des hommes de la pensée. Pour comprendre la spécificité de la pensée philosophique à travers ses penseurs modernes, et faire le lien avec notre quotidien pour questionner et tenter de comprendre le réel. 
 
 
 
Hannah Arendt et Martin Heidegger, Seuil, 1995
Ettinger Elzbieta
193 B ARE 
S'appuyant sur la correspondance entre Hannah Arendt, Martin Heidegger et Karl Jaspers, dont une partie est portée ici pour la première fois à la connaissance du public, l'auteur reconstitue pas à pas cette liaison amoureuse entre H. Arendt, l'élève, et son professeur M. Heidegger.
 
 

 

 
Journal de pensée, Seuil, 2005
Arendt, Hannah
193ARE, Nouveauté
Ce journal, qui a accompagné Arendt depuis 1950 et pendant 23 ans, n'est pas un journal intime auquel elle confie ses pensées, mais le journal - atelier dans et par lequel elle invente sa pensée. Elle s'y entraîne à penser avec Platon, Aristote, saint Augustin, Heidegger, Kant, Montaigne, Rousseau... « Dès lors qu'on a commencé à penser, les pensées arrivent comme des mouches et elles nous sucent le sang. »
 
 
 
Qu'appelle-t-on penser ? PUF
Heidegger, Martin
193HEI, Nouveauté
Ouvrage qui réunit les cours donnés par Martin Heidegger durant les années 1951-52 à l'université de Fribourg-en-Brigsau, et qui s'atèle à définir ce qu'est le fait de penser. 
«Qu'appelle-t-on penser ?' veut dire d'une part et premièrement : ‘Que signifie le mot penser ?' (…) ‘Qu'appelle-t-on penser ?' signifie d'autre part et deuxièmement : ‘comment la pensée est elle conçue et définie dans la doctrine traditionnelle de la pensée ?' (…) ‘Qu'appelle-t-on penser?' veut dire ensuite et troisièmement : ‘Quelles conditions doivent être réunies pour que nous soyons capables de penser de façon adéquate ?'. ‘ Qu'appelle-t-on penser ?' veut dire enfin et quatrièmement : ‘Qu'est ce qui nous appelle, qui nous commande de penser ? qu'est ce qui nous appelle à la pensée ?' »
Martin Heidegger, p 127-128, deuxième partie.
 
 
 

 
La philosophie n'est pas tout à fait innocente, Payot, 2006
Arendt, Hannah
193 ARE, Nouveauté
Sélection de lettres échangées entre les philosophes Karl Jaspers (1883-1969) et Hannah Arendt (1906-1975) qui fut son élève à Heidelberg. Les textes sont réunis autour de sept thèmes : que reste-t-il de l'Allemagne ? ; l'antisémitisme ; qu'est-ce qu'être juif ? ; Israël, pierre de touche de l'Occident ; Eichmann ; nous n'avons pas de chefs ; la philosophie n'est pas tout à fait innocente.
Comment penser alors que la pensée avait été mise en déroute par les événements ? En qui et en quoi placer sa confiance ? Comment continuer à faire vivre la pensée à travers des événements qui semblent en être dénués. Dans cet horizon, chaque événement de la politique mondiale est objet de débats entre eux.
 
 
Hannah Arendt, essai de biographie intellectuelle, Grasset, 2006
Brudny, Michelle-Irène
193 BRU, Nouveauté
La philosophe, depuis sa mort en 1975, ne cesse d'être au coeur de débats philosophiques sur des sujets tels que droits de l'homme, Israël, nazisme et condition de l'homme moderne. L'auteur a souhaité reprendre les différentes étapes de la composition des oeuvres de H. Arendt, et mettre en parallèle les épisodes de sa vie, montrant que ceux-ci sont intimement liés à sa pensée.
 
 
 
Heidegger ou l'exigence de la pensée, Milan, 2006
Vergely, Bertrand
193 VER, Nouveauté
Le monde moderne vit à l'heure de la mondialisation et des nouvelles technologies. Parce qu'il a pensé que l'accumulation de moyens et de techniques n'est pas le but de l'existence, Heidegger (1889-1976) s'est mis en chemin pour envisager la condition de l'homme moderne. Alors que la pensée donne du sens à tout ce que nous bâtissons, jamais la technique, aussi géniale soit elle, ne remplacera la pensée.
 « L'être se manifeste comme la Pensée. Et comment se manifeste la pensée ? » Heidegger, Novembre 1968.
 

 
 
Considérations morales, Rivages, 1996
Arendt, Hannah
193 ARE, Nouveauté
Cet essai, paru en 1971 dans la revue Social Research, est le premier écrit concernant La Vie de l'esprit et constitue le seul texte préparé pour la publication par Hannah Arendt elle-même.
Hannah Arendt revient dans cet essai sur la question du mal. Est-ce que le désastreux manque que nous nommons conscience, n'est pas finalement qu'une inaptitude à penser ? Est-ce que l'activité de penser en elle-même peut elle être de nature telle qu'elle conditionne les hommes à ne pas faire de mal ?
C'est une réflexion sur la non pensée qui s'engage ici.
 
 

Samedi 14 Avril 2007

Partager cet article
Repost0

commentaires